top of page

Une marche contre l'antisémitisme et l'Unité de la République



Les représentants des deux chambres, Yaël Braun Pivet et Gérard Larcher ont appelé
tous les Français, quelles que soient leur sensibilité politique, leur appartenance
religieuse, à se mobiliser contre l’antisémitisme et pour l’unité nationale, ce dimanche 12
novembre. De leur côté, de nombreux maires de France ont organisé dans leurs villes
des manifestations de soutien aux citoyens français de confession juive. A Nice, plus de
3000 personnes étaient présentes, au jardin Albert 1 er , répondant à l’appel de Christian
Estrosi et des de Jérôme Culioli, président du CRIF.

C’est une manifestation en soutien aux victimes de l’antisémitisme en France, qui a fait un

bond depuis le 7 octobre 2023, avec près de 1200 actes déclarés contre les juifs de France.

Dire non à l’antisémitisme et oui au respect des valeurs de la République a été l’objectif

affiché par l’initiative des deux présidents des Chambres, le Parlement et le Sénat. Il s’agit d’

un événement inédit dans l’histoire de la République.

Pour beaucoup de manifestants, et en tant que citoyens, il s’agissait d’affirmer leur loyauté

envers les valeurs républicaines tout en refusant l’amalgame qui est fait depuis le 7 octobre

entre le religieux et les événements tragiques qui ont endeuillé Israël.

L’annonce de cette marche, pour dénoncer l’antisémitisme et pour l’unité de la République a

donné lieu à de nombreuses polémiques, faisant apparaître des lignes de fractures qui

pourraient survenir au sein de la société française. Il y a le refus de Jean-Luc Melanchon et de

certains Insoumis de qualifier le Hamas de groupe terroriste et sa déclaration sur la

manifestation de ce dimanche, qui selon lui n’est autre qu’un « soutien déguisé » à Israël et.

Une assimilation intolérable aux yeux de nombreux participants, y compris à certains

membres des Insoumis qui ont bravé l’interdit pour prendre part à la marche à Strasbourg.

La présence de Marine Le Pen et de Jordan Bardella a suscité un certain émoi. Mais il y a

surtout l’absence remarquée du Président de la République, dont l’interview à la BBC a

quelque déconcerté, tout comme l’annonce de sa non participation à la manifestation. Une

position qualifiée de versatile par le réalisateur, André Chouraqui et décevante par Yaël Perl

Ruiz, descendante du Capitaine Dreyfus, qui lors des cérémonies du 11 novembre a interpellé

le Président en ces termes : « Monsieur le Président, je suis contente de vous serrer la main

mais je voudrais quand même vous dire que, en tant qu'arrière-petite-fille de Dreyfus, je suis

un petit peu déçue que vous ne veniez pas à la manifestation demain. »


La réponse d’Emmanuel Macron pose problème : « Je serai par le cœur et par la pensée» à

cette marche qui vise à «bâtir l'unité du pays». Ce qui pourrait signifier que l’unité de la

France est loin d’être acquise voire menacée et que la montée de l’antisémitisme pourrait

servir de ciment à créer une concorde au sein de la société, comme l’a souligné Jérôme

Culioli, président du CRIF Nice Côte d’Azur : « Quand la communauté juive est forte, la

France est forte aussi. »


« Si on ne dit pas non à l’antisémitisme, il ne reste plus grand-chose de la
France » 

De nombreux citoyens français non-juifs ont ressenti le danger qui menace la démocratie, la

République française et ses valeurs. Les représentants des Églises chrétiennes, catholiques et

protestantes se tenaient au côté des politiques. En revanche, on peut déplorer, comme ce fut

le cas à Nice, l’absence des représentants du culte musulman.

Des citoyens qui ont pris part à la manifestation, se sont insurgés contre la tentative de Jean-

Luc Melanchon de polluer l’esprit du rassemblement en tenant des propos fallacieux, car

comme l’a exprimé Christian Estrosi : « depuis le 7 octobre les masques sont tombés ».

Aussi, la réponse des élus présents à la manifestation de Paris a été clairement affichée sur la

banderole tenue par les élus, et ex-présidents de la République, un camouflet au Président de

la France insoumise dont les propos le placent hors du champ républicain : « pour la

République contre l’antisémitisme », car comme la martelé Christian Estrosi : « quand on veut

attaquer la République, c’est aux Juifs que l’on s’en prend, je veux citer Dreyfus, Léon Blum,

Mendes-France ».

Le Préfet des Alpes-Maritimes a souligné qu’à travers les pogroms, c’est en réalité la haine de

l’Occident et de ses valeurs humanistes qui s’est exprimée. L’attaque de la party qui s’est

déroulée dans le Neguev, n’est rien d’autre que le symbole de l’Occident honni qui est

menacé dans son intégrité.

Et même si « la haine a changé de visage, les victimes sont toujours les mêmes », à terme, ce

sont tous les amoureux de liberté de la démocratie qui sont menacés, en témoignent le

massacre survenu en 2015 au Bataclan, où les spectateurs à un concert, n’ont pas été tués en

raison de leur religion, mais parce qu’ils symbolisaient par leur choix de vie, l’Occident. Le

mot de la fin est revenu à Christian Estroi, un cri du cœur en guise de conclusion : » Nous ne

lâcherons rien ! rien ! ».



Lea Raso Della Volta

(Une marche contre l'antisémitisme et l'Unité de la République)





20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Medine

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page