top of page
  • Photo du rédacteurRony Akrich

Tributaire des bons vouloirs


vente d armes USA Israel

Les États-Unis ont fourni à Israël plus de 10 000 tonnes d’équipement militaire depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, a annoncé mercredi le ministère israélien de la Défense. Dans un communiqué, le ministère a indiqué que le 200e avion cargo transportant du matériel militaire pour l'armée est arrivé en Israël.


D'après la même source, l'avion cargo transporte des véhicules blindés, des armements, des équipements de protection individuelle, des fournitures médicales et des munitions.

Il y a deux ans, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez a pleuré au Congrès après avoir changé son vote sur le financement du système de défense antimissile israélien "Dôme de fer" de « non » à « présent ». Le New York Times a déclaré que l’incident montrait que les membres progressistes de « The Squad » étaient « pris entre leurs principes et les voix pro-israéliennes encore puissantes au sein de leur parti, comme les lobbyistes et les rabbins influents ». Dans le magazine "People", la manœuvre procédurale de la députée pour éviter de voter a été appréciée pour son pathos : « Ocasio-Cortez s'ouvre sur le vote du Dôme de fer en Israël qui l'a laissée en larmes : « Oui, j'ai pleuré ». En fin de compte, la résolution a été adoptée par la Chambre des représentants.


Le théâtre kabuki d’Ocasio-Cortez s’inscrit parfaitement dans la mythologie préfabriquée d’un lobby israélien dominateur, popularisée par l’universitaire John Mearsheimer, dont les opinions connaissent un essor de popularité dans les coins isolationnistes de la droite. Son affirmation centrale – selon laquelle l’Amérique a subi des pressions de la part d’un lobby ethnoreligieux tout-puissant et déterminé pour qu’elle agisse contre ses propres intérêts – est rendue explicite dans les références aux « lobbyistes et rabbins influents », dans les tweets du représentant Ilhan Omar selon lesquels le soutien américain à Israël est « tout pour les nantis », et dans des graphiques comme le tristement célèbre « traqueur de Juifs » du New York Times qui contrôle le soutien à l'accord avec l'Iran de Barack Obama en fonction de la religion des membres du Congrès.


La croyance dans le pouvoir mythique du « lobby » repose sur un article de foi commun partagé par les critiques les plus virulents et les partisans les plus fervents d’Israël : à savoir que l’aide militaire américaine constitue la pierre angulaire de la « relation spéciale » entre les deux nations, et que cette aide est un cadeau qui profite puissamment à Israël. On suppose que couper le flux de trésorerie d’Israël à Washington modifierait radicalement l’équilibre des pouvoirs au Moyen-Orient : dans un cas en mettant en danger la sécurité d’Israël, et dans un autre en forçant ses dirigeants récalcitrants à accepter les propositions éclairées des décideurs politiques occidentaux.


Même si cette version fantaisiste de la relation américano-israélienne est utile pour attiser les émotions et démontrer la loyauté partisane, elle fait plus pour flatter l’importance des opposants et des partisans de l’aide à Israël que pour décrire une réalité de plus en plus déformée, dans laquelle Israël finit par sacrifier bien plus de valeur en échange des près de 4 milliards de dollars qu’il reçoit chaque année de Washington. En effet, presque toute l’aide militaire à Israël – hormis les garanties de prêt, qui ne coûtent rien à Washington, les États-Unis n’accordant aucun autre type d’aide à Israël – consiste en des crédits qui vont directement du Pentagone aux fabricants d’armes américains.


En retour, les paiements américains minent l’industrie de défense nationale d’Israël, affaiblissent son économie et compromettent l’autonomie du pays, donnant à Washington un droit de veto sur tout, depuis les ventes d’armes israéliennes jusqu’à la stratégie diplomatique et militaire. Lorsque Washington s’immisce directement dans les affaires intérieures d’Israël, comme c’est souvent le cas ces jours-ci, les dirigeants israéliens qui ont fait pression pour ces paiements – y compris l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu – récoltent simplement les fruits de leurs propres efforts insensés.


Alors que le coût de l’aide américaine pour Israël est monté en flèche au cours de la dernière décennie, les avantages de la relation avec les États-Unis n’ont fait que croître. L’aide est populaire auprès des principaux blocs électoraux (dont peu sont juifs). Il fonctionne comme une subvention détournée lucrative pour les fabricants d’armes américains et fournit au Congrès et à la Maison-Blanche un outil pour exercer leur influence sur un allié stratégique clé. L’armée israélienne, souvent classée au quatrième rang mondial, est devenue un allié de la puissance américaine dans une région cruciale dans laquelle les États-Unis ont perdu l’appétit de projeter une force militaire. Les renseignements israéliens fonctionnent comme les yeux et les oreilles de l’Amérique, non seulement au Moyen-Orient, mais sur d’autres théâtres stratégiques clés comme la Russie et l’Asie centrale et même dans certaines parties de l’Amérique latine. Contrôler l’accès à la production du puissant secteur israélien de haute technologie est un avantage stratégique pour les États-Unis qui, à lui seul, vaut plusieurs fois les crédits reçus par Israël. Pendant ce temps, l’idée de mettre au pas le chien d’attaque israélien hargneux contribue à accréditer les États-Unis en tant que puissance mondiale qui joue équitablement – mais qui doit également être craint.


Il n’est pas étonnant qu’un expert régional bien connu, qui a occupé des postes de haute sécurité au sein du gouvernement américain, ait été horrifié lorsque nous avons proposé de mettre fin à l’aide américaine à Israël. Lorsque nous lui avons demandé lesquels de nos arguments étaient exagérés ou erronés, cette personne a répondu : « Aucun d’entre eux. Mais mon travail consiste à représenter les intérêts américains. L’aide à Israël est la plus grosse affaire que nous ayons à conclure. Y mettre fin serait un désastre pour nous. Je ne vois tout simplement pas à qui cela profite.


L’alternative à cette relation inégale basée sur la dépendance est une relation plus franchement transactionnelle, qui permettrait à Israël d’en tirer des bénéfices économiques, diplomatiques et stratégiques. Cela pourrait également, selon nous, atténuer l’engouement américain actuel pour traiter l’État juif comme une allégorie morale dans les psychodrames politiques américains, plutôt que comme un petit pays du Moyen-Orient avec ses propres défis locaux et des avantages considérables à offrir au plus offrant. L’atmosphère hyperpolarisée actuelle autour d’Israël n’est bonne pour personne – pas pour une Amérique dont la classe politique cherche à détourner l’attention de ses propres échecs ; pas pour la majorité des Juifs du monde qui vivent en Israël ; et pas pour les Juifs américains, qui en sont venus à identifier leur rôle civique en tant qu’accessoires dans une pièce de théâtre politique en voie de disparition. Lorsque le rideau tombera, ils se retrouveront sans rôle et coupés du continuum historique juif de 3 000 ans qui est, ou était, leur héritage.


Mettre fin à l’aide ne signifierait pas la fin de l’alliance militaire américano-israélienne, du partage de renseignements, du commerce ou de toute affinité mutuelle entre les pays. Cela permettrait plutôt aux deux parties de voir ce que chacune obtient en échange de quoi. Selon les mots du général de division à la retraite de Tsahal, Gershon Hacohen : "Une fois que nous ne serons plus économiquement dépendants d’eux, le partenariat pourra prospérer selon ses propres mérites".


Contrairement aux bavardages sur une « relation éternelle », l’alliance américano-israélienne est une invention assez récente. L’Amérique n’a pas été particulièrement impliquée dans la création de l’État juif. Lorsqu’Israël a déclaré son indépendance et a été attaqué par huit armées arabes en 1948, Washington a accordé sa reconnaissance diplomatique à la nouvelle nation, mais a refusé de lui vendre des armes, faisant même pression sur d’autres pays pour qu’ils refusent les armes aux Israéliens.


En 1956, lorsque la Tchécoslovaquie, alors satellite de l’Union soviétique, envoya une cargaison d’armes en Égypte, le Premier ministre israélien David ben Gourion implora le président américain Dwight Eisenhower « de ne pas laisser Israël sans une capacité adéquate pour son autodéfense ». Mais Eisenhower estimait qu’une politique « d’équité » permettrait à son administration de résoudre le conflit israélo-arabe et de renforcer la position américaine au Moyen-Orient. Il a donc refusé cette demande. Quand Israël, en partenariat avec la Grande-Bretagne et la France, s’est emparé du canal de Suez, Eisenhower les a obligés à le restituer et a aligné les États-Unis sur le dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser – dans ce qu’Eisenhower a décrit plus tard comme l’une des pires erreurs de sa présidence.


L’approche d’Eisenhower au Moyen-Orient allait changer au cours de ses dernières années de mandat, mais pas avant que les Israéliens n’aient trouvé une autre superpuissance : la France. En plus des canonnières et des avions de combat, les Français ont fourni aux Israéliens leur plus grand atout stratégique à ce jour : le programme nucléaire du pays, qui, au milieu des années 1960, avait produit plusieurs bombes nucléaires malgré les meilleurs efforts du président John F. Kennedy et de son État. Département pour l'arrêter. La France est restée le principal soutien militaire d’Israël jusqu’à la veille de la guerre des Six Jours, lorsque le dirigeant français Charles de Gaulle a imposé un embargo sur les ventes d’armes au pays dans l’attente d’une victoire arabe soutenue par les Soviétiques. Après qu’Israël ait éliminé les forces aériennes égyptiennes et syriennes au sol au cours des six premières heures de la guerre à l’aide de Mirages français, il est devenu clair que de Gaulle avait parié faux – et un Israël nouvellement puissant est entré sur le marché pour trouver un nouveau soutien de grande puissance. (A SUIVRE)





Rony Akrich 68 ans, enseigne l’historiosophie biblique. Il est l’auteur de 7 ouvrages en français sur la pensée hébraïque. « Les présents de l’imparfait » tome 1 et 2 sont ses 2 derniers ouvrages. Un premier livre en hébreu pense et analyse l’actualité hebdomadaire: « מבט יהודי, עם עולם ». Il écrit nombre de chroniques et aphorismes en hébreu et français publiés sur les medias. Fondateur et directeur de l’Université Populaire Gratuite de Jérusalem (Café Daat) . Participe à plusieurs forums israéliens de réflexions et d’enseignements de droite comme de gauche. Réside depuis aout 2023 a Ashdod apres 37 ans à Kiriat Arba – Hevron.


Tributaire des bons vouloirs

65 vues0 commentaire
bottom of page