top of page

Israël a commencé les opérations ciblées

Dernière mise à jour : 28 déc. 2023


 



Sayyed Hazi Moussavi
Les Gardiens de la révolution et son unité d’élite, la Brigade Al Qods, ont perdu l’un de leurs commandants, lundi 25 décembre, suite à une frappe israélienne en Syrie. Le général de brigade Sayyed Razi Moussavi a été visé par trois missiles, dans le quartier de Sayyidah Zaynab, au sud de Damas.


L’ambassadeur d’Iran en Syrie, Hossein Akbari, a précisé à l’agence iranienne Mehr que « le bâtiment a été détruit » et que le « corps du militaire a été retrouvé dans la cour ». L’Iran promet des représailles.

 

Sayyed Razi Moussavi a été visé en raison de son rôle dans l’appui logistique matérielle et financière au Hezbollah, mais aussi aux Houthis.

Il a servi en Syrie, dès 1980, sous l’uniforme de la Brigade Al Qods, facilitant le transfert de fonds vers le Hezbollah. En 1990, il prend le poste de chef de la division logistique iranienne en Syrie, connue sous le nom d’Unité 2250. Pendant la guerre civile syrienne, suite au Printemps arabe il a fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinats orchestrés par Israël.

Les Gardiens de la Révolution ont présenté Razi Moussavi comme « l’un des conseillers les plus expérimentés » de la brigade Al Qods, la branche des opérations extérieures et l’unité d’élite des Gardiens. Il était le responsable logistique de l’axe de la résistance en Syrie. Il s’agit du plus haut gradé à être assassiné, depuis celle de Qassem Soleimani, dont il était un proche conseiller.    

 

L’aviation israélienne a ciblé sa résidence située à Sayyidah Zaynab, à 10 kilomètres au sud de Damas.


Les menaces de la République islamique

Lors d’une conférence de presse, le général de brigade Reza Talaee Nik a déclaré que la « décision du régime sioniste d’assassiner le général Moussavi, conseiller du Corps des Gardiens de la Révolution islamique à Damas, relève «la nature terroriste d’Israël et équivaut à une violation flagrante de la souveraineté de la Syrie, un acte qui crée de l’insécurité  et révèle un comportement belliqueux.»

Avant d’ajouter : « Ce crime mérite définitivement d’être puni. Les Israéliens doivent en payer le prix. Attendre le moment de payer le prix de cette opération torturera à mort le régime sioniste et ses éléments. »

Il a ajouté que le l’Iran apporterait une « réponse puissante et sage aux frappes israéliennes, au moment et aux lieux appropriés, de telle manière que les objectifs du régime sioniste en menant des attaques ne soient pas atteints ». Des propos qui traduisent la crainte de Téhéran de voir le Hamas définitivement hors jeu, tout comme le Hezbollah libanais, les groupes irakiens et les rebelles yéménites Houthis avec lesquels le régime iranien forme « l’axe de la résistance » face à Israël au Moyen-Orient.


Dès lundi soir, le président iranien Ebrahim Raïssi a pris la parole pour dénoncer : « l’acte odieux du régime sioniste comme un autre signe de frustration et d’impuissance du régime usurpateur dans la région avertissant qu’il paiera certainement pour ce crime »

Israël a commencé à cibler les responsables des massacres du 7 octobre et a revendiqué cette frappe.


 Lea Della Volta




91 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page