top of page

Medine




J’avais déjà écrit plusieurs passages sur Médine, le rappeur français (cf. le Tome 2 et Kemi Seba). Mais les événements du mois d’août 2023 font qu’il « mérite » une entrée à part dans mon Dictionnaire sur l’antisémitisme. Il faut dire que Médine fait fort, juste après avoir écrit à propos de Rachel Khan (d’origine Juive ayant une partie de sa famille qui fut déporté par les nazis), qu’elle était une « ResKHANPé », malgré ce propos antisémite, il est invité par EELV puis par LFI lors de

leurs universités d’été, puis il va aller à la fête de l’Humanité du PCF pour faire un concert.


Comme l’a écrit Caroline Fourest dans Franc-Tireur : « Le rappeur Médine tient le haut de l’affiche de la gauche estivale comme peu de personnalités avant lui. Même Tariq Ramadan, à son firmament, n’a jamais réussi un tel noyautage. Partager la vedette avec deux chefs

de parti de la gauche, avant de fêter ça à la fête de l’Huma. A ce niveau, ce n’est plus un flirt, mais des fiançailles. La noce dit tout du naufrage de la Nupes : son absence de colonne

vertébrale, de scrupules, de vigilance en matière d’antisémitisme, et plus encore de stratégie contre le RN.


Voilà pourquoi cette programmation, symptomatique et non anecdotique, fait tant de bruit. Le vrai sujet n’est pas Médine, mais sa fiancée : la Nupes qui, loin d’offrir une alternative à l’extrême droite, ne semble exister que pour lui servir de marchepied ».

Quand Jean-Marie Le Pen avait fait son jeu de mot « Durafour crématoire », toute la gauche avait dénoncée (à juste titre !) un propos antisémite. Jean-Marie Le Pen expliqua qu’il avait fait de l’humour et qu’il n’était pas antisémite, il disait aussi qu’il était une victime et que l’on ne pouvait plus rien dire, il se présenta comme le défenseur de la « liberté d’expression », mais personne ne tomba dans le panneau.


Avec Médine, il n’en est rien. Il est défendu par une très grande partie de la gauche et a pu se rendre aux réunions des partis de gauche pour y être applaudi. Bruno Bernard, le président d’EELV de la métropole de Lyon explique que « son tweet où il parle de ResKHANPé, c’était con et déplacé ! », une façon de bien minimiser le propos ouvertement raciste. Il rajoute même qu’il s’inquiète pour la liberté d’expression « je trouve que le recul de la liberté d’expression devient inquiétant. Avec les jugements de valeurs permanents, que

ferait-on aujourd’hui d’un Brassens, d’un Ferré ou d’un Renaud », Le Pen n’aurait pas dit mieux… !


Rappelons à ces militants de gauche, soi-disant champion de l’antiracisme, que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit. Oser comparer Renaud, Ferré et Brassens à Médine, il fallait oser, certains osent tout. La responsable (Marine Tondelier) d’EELV a aussi une explication, Médine est un inculte (on se demande alors pourquoi un débat fut organisé

avec un quelqu’un qui serait un imbécile) : « Il y a deux cas possibles (d’antisémitisme) : soit, c’est une personne qui, de manière volontaire, assumée, se prévaut d’être antisémite,

dont acte. Soit, elle agit par maladresse, par mimétisme, par manque de culture, par manque de formation ou par bêtise aussi. Pour moi, Médine est dans ce cas-là ». Médine

appréciera le jugement de son amie Tondelier. Rappelons que l’on peut être un imbécile, ne pas avoir beaucoup de culture et être aussi raciste, homophobe, antisémite, etc. - l’un

n’empêche pas l’autre et parfois même l’un explique l’autre - la bêtise étant source de préjugés hâtifs, ce qui est la source de toutes pensées racistes et antisémites. Une phrase

attribuée au socialiste Auguste Bebel qui disait que « l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles ».


La réaction de la gauche en chanson


Visiblement à gauche, le nombre d’imbéciles est conséquent. Bénédicte Monville (secrétaire départementale d’EELV 77, élue à Melun) ose écrire « J’accuse le bloc bourgeois de se

faire le complice objectif de la campagne raciste qui vise le rappeur et avec lui l’ensemble du bloc populaire antiraciste.


Car ne nous y trompons pas, Médine est attaqué parce qu’il est musulman ». Ce qui est entièrement faux, il est attaqué à cause de ses propos antisémites. Mélenchon y va aussi de son couplet complotiste. « Médine n’est pas raciste » écrit-il.


Pourquoi ? Parce que Mélenchon le dit. Pour lui, Médine est même la victime d’un complot venant des « admirateurs macronistes de Barrès, de Maurras et de Pétain ». Dans les

années 30, Staline qualifiait ses ennemis politiques « de réactionnaires ; d’hitléro-trotskiste ». D’ailleurs, tout celui qui pensait différemment à l’époque était accusé d’être un

fasciste. Notons que quelques années plus-tard, il sera un bel allié d’Hitler. Mélenchon fait du stalinisme et accuse les « macronistes de maurassiens (sic) ».


Rappelons que Darmanin a voulu faire interdire un meeting de l’Action Française qui se réclame de Maurras et qu’il a demandé la dissolution de Civitas qui se réclame de Pétain et

de Maurras. Mais que Tondelier et Mélenchon se rassurent, ils ne sont pas seuls pour défendre Médine. L’islamiste et ancien dirigeant du CIFF, Marwan Muhammad, est aux côtés

du néonazi Alain Soral (qui édite Barrès, Maurras et Hitler).


Tous deux ont pris la défense de Médine. Le président de l’association islamiste déplore ainsi que « le rappeur, invité à l’université d’été de LFI, soit la cible des islamophobes et

autres anti-antisémites ». Marine Tondelier explique aussi que Médine est contre l’antisémitisme, car en 2008, il a chanté que « l’antisémitisme était un poison » dans une

chanson appelée RER D.


Visiblement, Marine Tondelier ne comprend pas les sens des paroles de cette chanson que nous allons étudier.


Celle-ci reprend l’histoire de Marie Leblanc, une mythomane dont le récit imaginaire de son agression antisémite avait d’abord ému la France avant la découverte que tout était

faux. Il ne s’agit donc pas d’une chanson contre l’antisémitisme mais contre son traitement médiatique. S’il voulait s’en prendre à l’antisémitisme, il aurait pu faire une

chanson sur les enfants Juifs tués par un islamiste à Toulouse ou sur le calvaire d’Ilan Halimi. Médine insiste sur le fait que le caractère antisémite fait que ce fait divers devient une

affaire d’Etat et qu’il permet de s’en prendre aux musulmans (noirs et arabes) qui deviennent ainsi dans sa chanson les réelles victimes. En raison du caractère antisémite de l’affaire, il faut faire sortir cette histoire du rayon faits divers.


Les enquêteurs subissent une triple pression, hiérarchique, politique et de l’opinion publique. Chirac en personne a fait part de son effroi, De Villepin et Nicole Guedj, relayés par les

médias, « le conflit palestinien nous pend au nez. Il est aux portes de la France, sur la Méditerranée. Il gangrène les banlieues, plongées dans la crise, dont les ficelles sont tirées

par des barbus marionnettistes, islamistes de surcroît ou du moins deux sur trois ». A la fin de la chanson, Médine est interrogé sur cette affaire.

« Question, la presse doit-elle publier son démenti ?

Réponse, qu’elle le fasse pour tous les mensonges à venir.

Question, que pensez-vous de l’antisémitisme ?

Réponse, c’est un cancer tout comme

l’islamophobie.

Question, arabes et noirs ont-ils eu réparation ?

Réponse, trois petits points de suspension…

Question, vous sentez-vous français après cette scène ?

Réponse, j’attends le prochain match pour siffler la Marseillaise ».


La pseudo condamnation de l’antisémitisme permet surtout de mettre en avant la différence de traitement entre l’antisémitisme et l’islamophobie.


Or, l’un n’est pas comparable à l’autre. Aucun musulman n’a été tué parce qu’il était musulman, ce qui n’est pas le cas des juifs qui ont été tués parce que Juifs. Parfois par des

musulmans. Médine affirme ainsi que l’islamophobie n’est pas combattue contrairement à l’antisémitisme qui devient automatiquement une affaire médiatique et d’Etat, sans

doute parce que les Juifs sont puissants (c’est le sous- entendu qui est fait). Pire, l’antisémitisme permettrait d’accuser les musulmans qui seraient ainsi les vraies victimes,

d’où l’envie de siffler la Marseillaise après cette scène…


Les prises de positions politiques de Médine, d’un geste extrême à l’autre.

Sur internet, nous pouvons trouver trois photos où on le voit faire le geste de la quenelle de Dieudonné. Une des quenelles est faite en 2014 lors d’une émission de radio. En 2023, il

expliquera avoir fait ce geste non pas par antisémitisme, sa quenelle n’aurait rien à voir avec celle du néonazi Soral. C’est pour lui un geste « antisystème ».


Rappelons qu’à l’époque Dieudonné a déjà viré dans la haine antisémite avec son spectacle Le Mur. La quenelle a été inventé par Dieudonné qui évoque lui aussi un geste « antisystème » avant d’ajouter que le système est dirigé par « les sionistes », c’est-à-dire les Juifs. Enfin, c’est Soral qui a formé politiquement Dieudonné, le geste est donc bel et bien

nazi. Un geste qui est d’ailleurs repris par Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen en 2013, mais aussi par des militants nationalistes et néo-nazis. Médine dit lutter contre le FN

devenu RN, tout en faisant les mêmes gestes et en prenant les mêmes arguments de défense. Quand on demande à Gollnisch pourquoi il a fait se geste, il dit la même chose que Médine « ce n’est pas un geste qui a une connotation raciale ou antisémite (...) c’est un bras d’honneur à l’établissement » au système donc… Rappelons que Gollnisch fut condamné pour négationnisme et fut député européen, un vrai/faux militant antisystème !


Dieudonné dans les médias


En 2009 (bien avant 2014) Dieudonné donne une interview à la revue nazie Réfléchir et Agir qui qualifie Dieudonné de « lance-quenelle » la publication précise d’ailleurs ce qu’était le geste de la quenelle puisqu’il fut expliqué lors des élections européennes où Dieudonné s’était présenté avec Soral et d’autres sur la liste antisioniste. Le slogan était de mettre

« une quenelle dans le fion du sionisme » tout est dit. En 2014, les antisémites d’extrême droite ont très bien compris le symbole de la quenelle. Ils s’en réclament tous. La quenelle

devient le symbole des fascistes antisémites, l’hebdomadaire Rivarol s’enflamme en 2014 (au même moment où Médine fait sa quenelle) en titrant « vive la quenelle ! ». Le rédacteur en chef du journal qualifie Dieudonné de « Plus grand humoriste français depuis le regretté Pierre Desproges ».


Déjà en 2011, Dieudonné avait accordé un long entretien au journal négationniste et antisémite (visiblement cela n’a pas choqué le pseudo lutteur acharné contre l’antisémitisme

Médine). La publication déclare « admirer » Dieudonné et exprime « toute sa sympathie » à l’interprète de Shoananas (une chanson où l’on se moque de la Shoah et des

« resKHANPés » comme dirait Médine) « Dieudonné a réussi le tour de force de faire connaître l’intellectuel révisionniste (Robert Faurisson) à un public nombreux tout en parvenant à accroître son audience : l’insolence au service de la diffusion d’un très important combat intellectuel ! » Pour l’hebdomadaire pétainiste « la question du révisionnisme

départage ceux qui font partie du système et ceux qui s’y opposent. La Shoah est en effet la clef de voûte du nouvel ordre mondial ». Dieudonné n’a jamais condamné les propos

de ce journal. D’ailleurs, c’est bien le contraire car il y est interrogé régulièrement. La quenelle « antisystème » consiste donc à être négationniste et de rajouter qu’au final les nazis

n’ont pas tué de Juifs. Elle consiste à expliquer que le « système » est aux mains « des Juifs » qui imposent « un nouvel ordre mondial ». Si Mélenchon veut lutter contre les « fachos », il suffit donc de combattre Médine et ses quenelles. Rivarol poursuit en prenant la défense de la pauvre victime Dieudonné, il subit « une offensive Juive qui souhaite une nuit de cristal contre les mîmes ». Médine aussi se pose en victime en cas de polémique : on s’en prend à lui parce qu’il est musulman et arabe et sa chanson RER D explique cela. Bien sûr, pour Rivarol comme pour Médine (cf. RER D), les juifs contrôlent les médias et les politiques : « On sait maintenant de façon certaine qui dirige la France, qui donne les ordres tant aux politiques qu’aux médias », François Hollande est « un petit caniche à rubans de Roger Cukierman (président du CRIF à l’époque) et Manuel Valls, « qui porte occasionnellement la kippa », ont exécuté « sur-le-champ les dessins du grand Sanhédrin ». Toujours en 2014, année d’une quenelle de Médine, Yvan Benedetti et Alexandre Gabrilac, militants nationalistes de l’œuvre française se présentent aux élections municipales à Vénissieux avec pour slogan « Contre la dictature socialo-communiste, glissez une quenelle dans l’urne ! »


C’est cela les gens faisant des quenelles… Les deux personnages ont été exclus du Front National car trop extrémistes, le premier s’étant déclaré « antisémite » et « antijuif », le deuxième pour avoir fait un salut nazi avec un skinhead.


Toujours, dans la revue néonazie Réfléchir et Agir de l’été 2018, on peut lire une interview de Jérôme Bourbon de Rivarol, il y explique ceci à propos de Marine Le Pen et Marion Maréchal « elle a l’appui des lobbys sionistes, en France et aux Etats-Unis. Qui la soutient chez nous ? Causeur, Valeurs actuelles, L’Incorrect, Ivan Rioufol (qui est un agent israélien (sic)), même Jean-Yves Camus semble l’aimer. Et je rappelle que le conseiller de Marion, Arnaud Stéphane, voulait à toute force qu’elle allât pleurer à Yad Vashem et s’agenouiller devant l’idole avant sa tante. » Tout est résumé, la France est aux mains des lobbys Juifs et les

victimes sont les « vrais français », « les gaulois » et « les musulmans ». La revue explique ainsi que « vrai problème n’est pas l’islam mais l’immigration (…) De plus je suis frappé de voir que pas mal des nôtres (les nationalistes et néonazis-NDLA) n’ont jamais de mots assez durs sur les musulmans (…) mais on ne les entend jamais sur le cerveau du crime. Comme le dit notre cher Eugène Krampon, est-ce Tarik Ramadan que l’on voit matin, midi et soir à la télé ou Ruth Elkrief, Jacques Attali, Drucker, Hanouna et BHL ? Est-ce que les créateurs de

SOS Racisme étaient Arabes ? » Il y aurait donc un complot Juif qui organise et permet l’immigration afin de détruire la race blanche. Jérôme Bourbon de Rivarol est d’accord avec

cela, il ajoute « ce ne sont pas les musulmans qui tiennent les banques et les places financières ou les médias. Et on voit aujourd’hui le Système critiquer l’islam au nom de la Gay

Pride ou de féminisme ». Bourbon ne semble pas savoir que le Qatar est un pays riche qui investie et achète de nombreuses entreprises dans le monde entier. Il est aussi la base arrière

du Hamas. Le « Système » commandé par « les Juifs » détruit aussi la famille Blanche par la promotion de l’homosexualité et le féminisme, ce que pense Rivarol, Dieudonné le confirme

pour lui « le mariage pour tous est un projet sioniste ». De Médine, à Dieudonné et Rivarol la quenelle antisystème est égale à une quenelle antijuive puisque ce sont les Juifs qui

contrôlent « le système ». Malgré le fait que Dieudonné a pour alliés politiques des ultra-nationalistes, des néonazis et qu’il fut condamner à plusieurs reprises pour « haine raciale »

et « négationnisme », Médine explique sur Rapelite (en 2014 donc en connaissance de cause) que « Dieudonné a plus contribué à désamorcer des sujets comme le racisme que l’inverse » comme l’avait dit Goebbels à propos des mensonges « plus c’est gros plus ça passe ».

Toujours en 2014, il se rend au théâtre de Dieudonné qui est à l’époque le lieu de rencontre de tous les antisémites mais bien sûr Médine « combat ce poison ». Il y va pour écouter

une intervention du suprémaciste noir Kémi Séba.


Rappelons que celui-ci a été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale, mais Médine est un antiraciste, enfin c’est ce qu’il prétend… Médine fut critiqué et encore

une fois, il trouva une pseudo-excuse, il est y allé pour « dialoguer » après avoir « dialogué » avec un suprémaciste noir (donc un raciste) il pourrait aussi faire cette démarche avec un suprémaciste blanc du Ku Klux Klan ce serait logique… Médine fut reçu avec joie par les antisémites et Kémi Séba qui affirme lors de la réunion que les institutions internationales comme le FMI « sont tenues par les sionistes qui imposent à l’Afrique et à sa diaspora des conditions de vie tellement excrémentielles que le camp de concentration d’Auschwitz peut paraître comme un paradis sur terre (sic). »


Des propos orduriers, mensongers, antisémites, négationnistes. Les Juifs contrôleraient ainsi le FMI et le monde afin de tuer les africains, ils sont bien pires que les nazis, puisqu’Auschwitz en comparaison était un camp de vacances… Médine n’a jamais condamné ces propos. Puis il publie « ResKHANPé », mais pour une grande partie de la gauche, il est la victime car il est musulman !



122 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Guest
May 13
Rated 5 out of 5 stars.

Bon article qui démontre bien que l'islamo-gauchisme existe bien. Cet islamo-gauchisme a pour cible Israël et les sionistes les Juifs et le monde occidental en général

Like
bottom of page