top of page

Les Houthis ont déclaré la guerre à Israël et à l’Amérique

Dernière mise à jour : 2 déc. 2023




Houthis
De confession chiite, les Houthis ont déclaré la guerre aux ennemis de son mentor, l’Iran. Officiellement, en représailles contre les bombardements israéliens sur Gaza, qui visent son plus grand ennemi, le Hamas, émanation des Frères musulmans. Mais un front est en train d’émerger en mer Rouge, où la Marine américaine fait face aux attaques Houthis, tout en interceptant les missiles qui cherchent à atteindre le territoire israélien.


Les Houthis en tant que groupe militaire sont nés de la scission de l’organisation religieuse et culturelle chiite, et connu sous le nom de Forum des jeunes croyants qui a été cofondée par Hussein Badreddine al-Houthi et Mohamad Azzane.

L’organisation, qui à ses débuts se voulait pacifiste, va se scinder en deux factions, l'une modérée et pacifiste et l'autre prônant la lutte armée, et dont seront issus les Houthis. De Forum, elle deviendra l’Organisation des jeunes croyants, aux objectifs politiques affichés, puisque ses membres appartiennent au mouvement chiite duodécimain, le zaydisme, ce qui de facto les rapproche de Téhéran.

Le nom de Houthis sera pris après la mort de leur chef en 2004 dont les membres de l’Organisation des jeunes croyants accusent le gouvernement yéménite de l'avoir tué dans le but de soutenir les États-Unis et Israël.


Le projet de reconquête territoriale et la mainmise de la République islamique

Les Houthis ne reconnaissent ni le régime républicain, ni la constitution, ni la loi du Yémen et considèrent la révolution du 26 septembre 1962 qui a mis fin au règne de l’Imamat zaydite, comme un retournement contre la légitimité.

Cette non-reconnaissance est la conséquence de l’abolition de la monarchie zaydite yéménite suite d'un coup d'État républicain soutenu par Nasser et conduisant à création du Yémen du nord

En 1990, le pays est unifié, on assiste alors à un rapprochement entre la République islamique d’Iran et les zaydites sont devenus minoritaires dans un pays majoritairement sunnite regroupant le nord et le sud. L’Iran qui y voit une perte d’influence dans cette partie de l’Arabie, incite les Houthis à exiger des garanties du président Saleh .

Mais les Houthis s'estiment lésés et prennent les armes en 2004 contre le gouvernement. L’Iran leur apporte, un soutien logistique. Ce qui donnera lieu à la Guerre du Saada menée par le gouvernement yéménite, après qu’il ait estimé que les manifestations dans le pays soutenues par Téhéran, visaient à remettre en cause son pouvoir et de vouloir rétablir la monarchie zaydite. Et de fait, l’Iran a établi une base en Érythrée, favorisant ainsi, le trafic d’armes qui permet d’approvisionner les Houthis, et d’affaiblir par un état insurrectionnel permanent, les pays producteurs de pétrole, pour sécuriser ses propres exportations, face à la menace d'embargo américaine.

Dès la Révolution de 2011, les Houthis, présents sur les plateaux du nord du pays, réussissent à étendre leur zone d’influence en dehors de ce territoire et à s’emparer d’une partie significative du Yémen. En 2014, avec l'aide des forces restées fidèles à l'ancien président Saleh, ils prennent le contrôle de la ville d'Amran, puis annoncent vouloir la rendre au gouvernement après des accords.

Le 21 septembre 2014, ils s’emparent de la capitale, Sanaa et font démissionner le Premier ministre. Ils forcent le pouvoir en place à créer un nouveau gouvernement qui leur est plus favorable. Le 22 janvier 2015, ils investissent le palais présidentiel à Sanaa, ce qui conduit à la démission du président Abdrabbo Mansour Hadi. L’Arabie Saoudite mène une coalition depuis 2015 dans un conflit qui a fait des centaines de milliers de morts et qui dure toujours.



Les Houthis proxies de Téhéran

La République islamique d’Iran mène ses guerres dans la région par l’intermédiaire de ses groupes affiliés auxquels appartiennent les Houthis. Ses cibles sont Israël, mais aussi les régimes sunnites du Moyen-Orient.

En dépit du fait que l’Iran a toujours maintenu une certaine distance de façade avec les Houthis, il est notoire que la République islamique leur fournit les armes. Aussi, en septembre 2016, le gouverneur de Marib a déclaré que des armes destinées aux Houthis étaient envoyées par l'Iran et transitaient par Oman et la province du Hadramaout, dont la destination finale est Sanaa.

Le 30 août 2020, L’Arabie saoudite à la tête de la coalition pour venir en aide au gouvernement yéménite a intercepté et détruit un drone chargé d'explosifs à l'aéroport international d'Abha et un bateau chargé d'explosifs télécommandé, lancé par des Houthis.

Mais les Houthis ne bénéficient pas uniquement de l’aide logistique matérielle de Téhéran. Le renseignement leur est également fourni. Il y a une semaine, le Galaxy Leader a été arraisonné par les Houthis. Le navire fait partie d’une compagnie maritime japonaise, mais appartient à une société britannique, propriété d’un homme d’affaires israélien.

Leur position ne leur permettant pas de bénéficier du renseignement, seule la République islamique qui d’ores et déjà a répertorié toutes les sociétés israéliennes de par le monde, et qu’elle transmet régulièrement à des relais antisémites européens, pour appeler au boycott des produits israéliens, a transmis ces informations, signalant aux Houthis la présence du navire dans la zone.


Une déclaration de guerre à l’Amérique et à Israël

Donald Trump projetait de faire inscrire les Houthis dans les organisations terroristes, mais son successeur à la Maison blanche y a renoncé.

Les États-Unis ont subi de nombreuses attaques en Mer rouge, car les Houthis contrôlent aujourd’hui 20 à 30 % du territoire yéménite, le port d’Hodeïda, et qu’ils constituent par conséquent une menace pour la navigation en mer Rouge. Le 12 octobre 2000, l'attentat contre l'USS Cole est un attentat contre un destroyer lance-missiles de la Marine des États-Unis alors qu’il était en cours de ravitaillement dans le port d'Aden .

Une embarcation piégée transportant de 180 à 300 kg perfora la coque. Dix-sept marins américains furent tués et trente-neuf blessés dans l'attaque. Cet attentat ayant été perpétré contre la Marine américaine est l’un des plus meurtriers depuis 1987.

Le 20 octobre, Abdel-Malek al-Houthi a déclaré que son groupe répondrait par des tirs de drones et de missiles si les États-Unis intervenaient directement dans le conflit opposant Israël au Hamas. Une déclaration qui témoigne de l’implication de Téhéran, qui voit ainsi une occasion de rentrer en guerre, contre Israël et l’Amérique, par proxy interposé.

Pour faire face à une éventuelle escalade, les États-Unis ont décidé l’envoi immédiat d’un autre destroyer américain, l’USS Thomas Hudner. Celui-ci escortait jusque-là le porte-avions USS Gerald R. Ford en Méditerranée et ce, afin qu’il puisse prendre la relève de l’USS Carney pour répondre au défi du réapprovisionnement des munitions déjà utilisées, dans la perspective où ce type d’intervention devait être appelé à se multiplier. Il s’agit donc pour l’US Navy de verrouiller la mer Rouge et de sécuriser l’espace aérien israélien au niveau du golfe d’Aqaba et au-delà.

Le 23 novembre, pour la seconde fois en une semaine, le destroyer américain USS Thomas Hudner a intercepté et détruit plusieurs drones lancés depuis une zone contrôlée par les rebelles Houthis, alors que, faisant partie du groupe aéronaval du porte-avions USS Gerald R. Ford, déployé en Méditerranée orientale, il patrouillait en mer Rouge.

Les médias yéménites ont rapporté que le 30 novembre une importante explosion avait eu lieu dans la zone de la capitale Sanaa, sous le contrôle des rebelles Houthis. Un dépôt de missiles a été touché. Certains médias ont émis l’hypothèse qu’elle pourrait avoir été provoquée par une frappe israélienne. Mais c’est sans doute oublier que les Houthis qui ont déclaré la guerre à Israël et à l’Amérique, ont de nombreux ennemis dans le monde sunnite. Le 8 avril 2019 un entrepôt a été ciblé par une frappe aérienne menée par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.


Lea Della Volta

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page