top of page

Le numéro deux du Hamas ciblé à Beyrouth


Le numéro deux du Hamas ciblé à Beyrouth
Une frappe israélienne  qui a visé un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, ce mardi en soirée, a causé la mort de Saleh el-Arouri, numéro deux du bureau politique de l’organisation terroriste. Il était l’un des commandants de sa branche militaire, les Brigades Ezzedine Al Qassam.

 

Le Premier Ministre israélien l’avait annoncé, dès le lendemain des massacres du 7 octobre, aucun des responsables ne sera épargné.

Ce mardi 2 janvier, un drone israélien a frappé un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, à Al-Musharrafiya, près d'Al-Sharq Sweets, avait précisé l'agence de presse nationale libanaise (ANI, officielle), faisant état de plusieurs blessés et quatre morts.


Le bastion du Hezbollah

Le bureau du Hamas qui a été soufflé par l'explosion, se trouvait dans le bastion tenu par le Hezbollah, c’est sans doute ce qui endormi sa méfiance à l’égard d’une éventuelle frappe israélienne, d’autant plus que Arouri qui parlait parfaitement hébreu, avait négocié pour le Hamas, la libération des otages.

Mais, il était dans le collimateur des services de Renseignement, car après les massacres du 7 octobre, sa maison a été rasée, le 30 octobre en Cisjordanie par l’armée israélienne en représailles pour son rôle dans l’assassinat de milliers d’Israéliens.

 

Commandant de Ezzedine Al Qassam

 Arouri représentait Ezzedin Al Qassam en Cisjordanie. La branche militaire du Hamas a été créée en 1991 et dispose d’une chaîne de commandement, de régiments et brigades entraînées. Il met au point des programmes d'entraînement avec des activistes de retour de longues périodes de formation en Iran notamment, dont il est équipé et entraîné par l’intermédiaire d’Al Qods.[1]


Il s’agit d’une véritable armée. Un réserviste a affirmé dans Haaretz que « selon tous les paramètres, c’était une armée qui était en face de nous et pas des gangs »[2] .


Il avait été impressionné par les équipements de vision nocturne de leurs ennemis, par l'espace tactique qu'ils maintenaient entre eux et même par les bandes élastiques resserrant le bas du pantalon sur leurs chaussures.

Cet assassinat est un coup dur pour le Hamas, qui perd l’un de ses commandants, et qui manifestement a été infiltré, par une ou personne plusieurs personnes qui ont fourni les renseignements sur la présence d’El Arouri à Beyrouth.

 

Lea Della Volta

Le numéro deux du Hamas ciblé à Beyrouth

 



.

 

 

 


2.Good news from Gaza , in : Haaretz 

 

 

 

 

Une frappe israélienne  qui a visé un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, ce mardi en soirée, a causé la mort de Saleh el-Arouri, numéro deux du bureau politique de l’organisation terroriste. Il était l’un des commandants de sa branche militaire, les Brigades Ezzedine Al Qassam.

 

Le Premier Ministre israélien l’avait annoncé, dès le lendemain des massacres du 7 octobre, aucun des responsables ne sera épargné.

Ce mardi 2 janvier, un drone israélien a frappé un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, à Al-Musharrafiya, près d'Al-Sharq Sweets,l'agence de presse nationale libanaise (ANI, officielle), faisant état de plusieurs blessés et quatre morts. « Un drone israélien a visé un bureau du Hamas à Al-Musharrafiya, près d'Al-Sharq Sweets, et un certain nombre de personnes ont été blessées ».

Le bastion du Hezbollah

Le bureau du Hamas se trouvait dans le bastion tenu par le Hezbollah, c’est sans doute ce qui endormi sa méfiance à l’égard d’une éventuelle frappe israélienne, d’autant plus que Arouri qui parlait parfaitement hébreu, avait négocié pour le Hamas, la libération des otages.

Mais, il était dans le collimateur des services de Renseignement, car après les massacres du 7 octobre, sa maison a été rasée en Cisjordanie par l’armée israélienne en représailles pour son rôle dans l’assassinat de milliers d’Israéliens.

 

Commandant de Ezzedine Al Qassam

 Arouri représentait Ezzedin Al Qassam en Cijordanie. La branche militaire du Hamas a été créée en 1991et dispose d’une chaîne de commandement, de régiments et brigades entraînées. Il met au point des programmes d'entraînement avec des activistes de retour de longues périodes de formation en Iran notamment, dont il est équipé et entraîné par l’intermédiaire d’Al Qods.[1]

Il s’agit d’une véritable armée  les décrivent comme une vraie « armée ». Un réserviste a affirmé dans Haaretz que « selon tous les paramètres, c’était une armée qui était en face de nous et pas des gangs »[2] .

Il avait été impressionné par les équipements de vision nocturne de leurs ennemis, par l'espace tactique qu'ils maintenaient entre eux et même par les bandes élastiques resserrant le bas du pantalon sur leurs chaussures.

Cet assassinat est un coup dur pour le Hamas, qui perd l’un de ses commandants, et qui manifestement a été infiltré, par une ou personne plusieurs personnes qui ont fourni les renseignements sur la présence d’el Arouri à Beyrouth.

 

Lea Della Volta

 

.

 

 

 


2.Good news from Gaza , in : Haaretz 

 

 

 

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Medine

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page