top of page

Kissinger, un diplomate très controversé

Dernière mise à jour : 8 déc. 2023



Henry Kissinger

Henry Kissinger, décédé à l'âge de 100 ans, était l'une des personnalités publiques les plus puissantes du dernier

demi-siècle. Conseiller à la sécurité nationale puis secrétaire d'État des États-Unis, ce pouvoir reposait sur sa volonté de se placer au milieu des crises majeures de la guerre froide et prendre des décisions controversées. Elles ont permis aux dictatures de prospérer, le tout dans le but de maintenir un « équilibre » de pouvoir » entre les États-Unis et leurs rivaux communistes.


Il a été controversé dans presque tous les domaines de sa vie, notamment pour sa Judéité et son travail diplomatique au nom de son pays de refuge, les États-Unis.

La trajectoire de sa vie a été étonnante.


Heinz Alfred Kissinger est né à Fürth, en Bavière, près de Nuremberg, le 27 mai 1923. Son père, professeur, et sa famille vivaient confortablement. La prise du pouvoir par les nazis en 1933 a changé la donne. Les Juifs ont été démis de leurs fonctions d'enseignant et, étape par étape, leurs droitsont été retirés violemment. L’adolescent Kissinger a fait l’expérience de la violence et de la peur, apanage de tous les Juifs à cette époque terrible. En 1938, plusieurs mois avant la Nuit de Cristal, Kissinger et sa famille immédiate quittent l'Allemagne pour émigrer à New York. Tous ses proches n’ont pas eu cette chance : treize ont péri dans l’Holocauste.


Les Kissinger se sont installés à Washington Heights, le quartier de Manhattan au-dessus du pont George Washington. Le quartier était connu localement sous le nom de Quatrième Reich car de nombreux réfugiés juifs allemands y vivaient.

Le jeune Kissinger a fréquenté une synagogue orthodoxe, est allé dans un lycée local et a fait de son mieux pour s'intégrer dans son nouveau pays.

Comme beaucoup d’étudiant


s Juifs brillants de la ville, il s’est inscrit au City College de New York, en partie pour la gratuité des frais de scolarité, mais, il faut savoir, qu’à l’époque, les universités américaines d’élite, comme Harvard, appliquaient des quotas restreignant les inscriptions juives.


L'accession au pouvoir de Kissinger a commencé peu de temps après sa mobilisation, en 1943. Il était devenu le protégé d'un camarade émigré, plus âgé, Fritz Kraemer, comme lui simple soldat, mais déjà dans l'état-major du major général Alexander Bolling, commandant de la 84e division d'infanterie. Une fois déployé en Europe, Kissinger, avec l’aide de Kraemer, est devenu un élément indispensable de l’équipe de renseignement de Bolling. Il a participé à la bataille des Ardennes et reçu l'étoile de bronze pour son travail de renseignement pour la recherche des officiers de la Gestapo.

Après la guerre, il s'inscrit à Harvard, les Juifs sont désormais les bienvenus. Kissinger, alors âgé de 27 ans, y a obtenu ses diplômes de premier cycle et de doctorat. Sa thèse, « Un monde restauré » revient sur le Congrès de Vienne, la conférence de paix qui a redessiné la carte de l'Europe après les guerres napoléoniennes.


Pour Kissinger, les restrictions de liberté constituaient un prix pragmatique valant la peine d’être payé pour la stabilité.

L’un de ses nombreux biographes, Walter Isaacson, affirme que ses opinions étaient une conséquence naturelle de son expérience directe de la destruction de l’Europe. "S’il avait le choix entre l’ordre ou la justice", écrit Isackson, "il choisirait l’ordre. Il avait trop vu les conséquences du désordre".

Sa thèse de doctorat était également révélatrice sur le plan personnel. Kissinger a écrit : « L’homme d’État manipule la réalité »; "Quiconque souhaite influencer les événements doit être, dans une certaine mesure, un opportuniste".


Il a charmé une série de mécènes, dont Nelson Rockefeller, qui l’a introduit dans les échelons supérieurs des milieux politiques de Washington. Lorsque Richard Nixon devint président en 1968, il nomma Kissinger comme conseiller à la sécurité nationale. Ce poste lui donne la possibilité de manipuler la réalité "souvent en secret."


La guerre du Vietnam a été la première crise à laquelle Kissinger a dû faire face. La guerre était devenue très impopulaire en Amérique, et pas seulement parmi les jeunes. Il a développé le concept de vietnamisation, retirant lentement les troupes américaines et laissant l'armée sud-vietnamienne combattre les insurgés nord-vietnamiens et vietcong. Pour accélérer ce processus, Kissinger a convaincu Nixon de bombarder les routes d’approvisionnement nord-vietnamiennes juste à l’intérieur de la frontière du pays avec le Cambodge.En théorie, cela était censé donner le temps à l'armée sud-vietnamienne d'améliorer ses compétences de combat en perturbant le flux d'armes vers le Nord-Vietnam. Ce dernier contrôlait déjà une partie substantielle du territoire. Les deux hommes ont décidé de ne pas informer le Congrès de cette expansion de la guerre. Mais l’ampleur des bombardements était trop importante pour rester secrète. Des manifestations ont éclaté sur les campus américains.

Quatre étudiants ont été abattus par la Garde nationale de la Kent State University, dans l'Ohio.



Au Cambodge, le prix a été encore plus sévère.

Les bombardements ont déstabilisé le gouvernement, conduisant à la croissance des Khmers rouges. Kissinger est devenu une figure malsaine pour une génération d’Américains, mais dans l’environnement machiste de la Maison-Blanche de Nixon, on a vu qu’il avait les « outils » pour prendre des décisions difficiles. Il était également admiré pour ses compétences en matière de luttes intestines bureaucratiques. Nixon en fera le principal négociateur pour mettre fin à la guerre du Vietnam, à la place du Secrétaire d'État. Pendant la poursuite de ces négociations, Kissinger orientait Nixon, un archi anticommuniste, vers une politique de détente avec l’Union soviétique.

Via des contacts personnels et secrets, il a également établi un canal de communication avec les dirigeants de la République populaire de Chine.

En 1972, il accompagnera Nixon, lors de son voyage en Chine et de sa rencontre historique avec Mao Tsé-Toung.

Cette initiative diplomatique n’était pas destinée à promouvoir la paix mondiale ou mettre fin au totalitarisme dans ces pays, mais plutôt équilibrer les deux puissances communistes l’une contre l’autre. Kissinger imitait ce qui s'était passé à Vienne en 1815.

Il était désormais l’un des hommes les plus importants et les plus puissants du monde.

Il a été nommé homme de l’année par Time Magazine en 1972.

Il était également indispensable à Nixon.


Mais il y avait un compromis pour ce pouvoir et cette position. Nixon était un antisémite. En sa présence, il l’appelait « mon garçon juif », « kike » et discutait de cette "foutue presse juive". Kissinger, battu et maltraité par ses camarades de classe allemands parce qu'il était Juif, endurera les insultes.

L’année 1973 mettra la Judéité de Kissinger sous le microscope.

Au début de l'année, avec Nixon, ils ont rencontré le Premier ministre israélien, Madame Golda Meir. Elle demandait leur aide pour amener l'Union soviétique à autoriser les Juifs à émigrer en Israël.

Après la réunion, Kissinger a déclaré, selon des transcriptions publiées des décennies plus tard : « L’émigration des Juifs d’Union soviétique n’est pas un objectif de la politique étrangère américaine. S’ils mettent les Juifs dans des chambres à gaz en Union soviétique, ce n’est pas une préoccupation américaine. Peut-être une préoccupation humanitaire!"



En septembre 1973, Nixon le nomme secrétaire d'État.

Il fut le premier Juif à occuper ce poste.

Trois semaines plus tard, à Yom Kippour, Israël était envahi du nord et du sud par la Syrie et l’Égypte. Les premiers jours de la guerre du Kippour ont été les plus proches de l’anéantissement de l’État juif. Kissinger a immédiatement été informé de l'invasion, mais a tardé à en informer Nixon, peut-être par crainte de voir le Président le pousser de côté dans le processus de prise de décision. Celui-ci avait fait des commentaires sur la double loyauté potentielle de Kissinger. Mais l’enjeu était bien plus important dans l’esprit de Kissinger: l’équilibre des pouvoirs.

L'Égypte était un client soviétique. Mais dans les mois précédant la guerre, le président égyptien, Anwar al-Sadate avait ouvert une voie secrète vers Kissinger. Sadate avait manifesté son intérêt pour la négociation d’une paix séparée avec Israël, sous l’égide des États-Unis. Sortir l’Égypte de l’orbite soviétique était un objectif stratégique pour Kissinger.

Cependant, la Première Ministre israélienne, Golda Meir, n’était pas intéressée par l’ouverture du dirigeant égyptien.

Sadate s'est impatienté et s'est mobilisé pour la guerre dans l'espoir de faire pression sur Israël pour l'engager dans des négociations. Dans les premiers jours de la guerre, alors que les positions israéliennes dans le Sinaï et sur le Golan étaient envahies, Kissinger a d’abord résisté aux appels lancés à l’Amérique pour qu’elle réapprovisionne Israël en armes. Comme beaucoup à Washington, il pensait qu’Israël serait capable de renverser rapidement la situation, sur le terrain militaire. De plus, grâce à ses contacts avec Sadate, il pensait que les Égyptiens ne souhaitaient pas envahir Israël.

Mais la situation reste désastreuse ! Kissinger et d’autres membres de l’administration Nixon avaient sous-estimé à quel point l’attaque initiale avait été dévastatrice pour l’armée israélienne.


Finalement, les États-Unis ont réapprovisionné Israël en armes et les Israéliens ont repoussé l’armée égyptienne de l’autre côté du canal de Suez.

Ce jour-là, la crise s’est encore aggravée lorsque la Russie a signalé sa possibilité d'envoyer des troupes pour intervenir.

À ce stade, pour dissuader les Russes, Kissinger s’efforça de placer l’armée américaine au DEFCON 3 (« état de préparation de la défense »), l’alerte la plus élevée avant une déclaration de guerre.

Cela signifiait que les forces nucléaires étaient prêtes pour la guerre. Il a convaincu le chef d’état-major de Nixon, le général Alexander Haig, pour faire avancer la décision. Nul n'en informera Nixon, préoccupé par le scandale du Watergate, pendant la guerre!

À juste titre, les Russes ont considéré le mouvement DEFCON 3 comme un bluff et leur réponse a été de ne rien faire.


Après près de trois semaines de conflit, Israël est redevenu offensif. Les troupes du général Ariel Sharon ont encerclé la Troisième armée égyptienne du côté égyptien du canal de Suez.

L’heure des pourparlers de paix était venue. C’était le moment de Kissinger.

Grâce à ses contacts personnels et parce qu’il savait détenir le véritable pouvoir de décision à Washington, personne n’était aussi bien placé pour façonner le Moyen-Orient. Il a indiqué, très clairement, que les États-Unis feraient preuve d’impartialité dans la supervision des négociations.


La crise n’était pas tout à fait terminée. La Syrie avait refusé de participer à une conférence de paix à Genève.

Kissinger a donc décidé d’investir son autorité personnelle en allant de réunions en tête-à-tête avec les dirigeants arabes pour transmettre leurs pensées aux Israéliens, car aucune des parties ne voulait se rencontrer face à face.

Cette diplomatie - navette a conduit Israël à se retirer de son côté du canal et a établi le modèle pour les futures négociations de paix entre Israël et l’Égypte avec, finalement, le voyage historique de Sadate à Jérusalem en 1977.

Les résultats de la navette diplomatique de Kissinger ont suscité des critiques de la part de certains membres de la communauté juive. Un rabbin anonyme a été cité dans le New York Post : "Il est juif, mais c’est comme s’il avait eu une lobotomie sur cette partie de lui-même". Menachem Begin, dans un discours à la Knesset, a déclaré à propos du secrétaire d’État : "Vous êtes juif. Vous n’êtes pas le premier à atteindre une position élevée dans votre pays de résidence.... [dans le passé], il y avait de tels Juifs qui, par complexe, craignaient que des non-Juifs ne les accusent d’agir pour leur peuple. Ils ont donc fait le contraire".


Après la démission de Nixon, Kissinger est resté secrétaire d’État dans l’administration de Gerald Ford. Lorsque Jimmy Carter a vaincu Ford en 1976, Kissinger quittera la fonction publique.

Pendant un certain temps, il restera proche du centre du pouvoir. Mais dans les années 1980, son influence sur la politique étrangère américaine va diminué. Une nouvelle génération de décideurs politiques a suivi Ronald Reagan à Washington.


Le débat sur la vie de Kissinger et son héritage ne risque pas de devenir moins controversé dans un avenir proche.

Il voulait exercer le pouvoir, il y est parvenu.

Il n’aurait pas été surpris par la haine suscitée par ses décisions. Il aurait su que les grands hommes, comme les grands pays, n’ont pas d’amis… ils ont juste des intérêts!



Rony Akrich 68 ans, enseigne l’historiosophie biblique. Il est l’auteur de 7 ouvrages en français sur la pensée hébraïque. « Les présents de l’imparfait » tome 1 et 2 sont ses 2 derniers ouvrages. Un premier livre en hébreu pense et analyse l’actualité hebdomadaire: «מבט יהודי, עם עולם» Il écrit nombre de chroniques et aphorismes en hébreu et français publiés sur les medias. Fondateur et directeur de l’Université Populaire Gratuite de Jérusalem (Café Daat) . Participe à plusieurs forums israéliens de réflexions et d’enseignements de droite comme de gauche. Réside depuis aout 2023 a Ashdod apres 37 ans à Kiriat Arba – Hevron.

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page