top of page

Jean-Luc Melenchon par Regis Boussieres



Jean-Luc Melenchon

Homme politique français issu du trotskysme, il fera une longue carrière politique au Parti Socialiste (Sénateur, Ministre, Député européen) avant de créer son parti (Parti de Gauche) puis son mouvement La France Insoumise. Mélenchon dit qu’il « parle dru, il parle cru », il parle comme le « peuple ». Il n’a peur de rien, il ne « baissera pas les yeux » prévient ‘il, lors de son discours à Grenoble le 24 août 2014.

En face de qui ?


Laissons le s’expliquer « nous n’avons peur de personne. N’essayez pas de nous faire baiser les yeux. Peine perdue. Je voudrais vous dire au CRIF que cela commence à bien faire. Les balayages avec le rayon qui consiste à traiter tout le monde d’antisémite dès qu’on a l’audace de critiquer l’action d’un gouvernement.

C’est insupportable.

Nous en avons assez.


La République, c’est le contraire des communautés agressives qui font la leçon au reste du pays ». Le CRIF l’aurait ‘il menacé de mort ? Le CRIF a-t-il taxé l’homme politique d’antisémite ? Non, il a pointé son discours ambivalent. Alors pourquoi autant de véhémence et d’agressivité? A l’écouter, la communauté juive –le CRIF- aurait un comportement agressif. Or, le CRIF ce n’est pas tous les juifs… Et le CRIF n’a fait qu’une chose : manifester devant l’ambassade d’Israël son soutien à ce pays. C’est leur droit, nous sommes en démocratie…


Comme acte agressif on fait mieux… Il suffit de voire les manifestations « pro palestinienne » de Sarcelles ou de Paris faites pour « casser » du juif, attaquer des synagogues, des commerces comme pendant la nuit de cristal durant l’Allemagne nazie, là Mélenchon n’en a rien dit… Il pointe du doigt « les compatriotes qui ont crû, bien inspirés, d’aller manifester devant l’ambassade d’un pays étranger ». Sic ! Voilà une phrase que ne renierait pas un nationaliste dénonçant les communautés étrangères ! Etonnant de la part de celui qui défend les étrangers « sans papiers » ! N’a-t-il pas vu dans les manifestations pro palestinienne, des drapeaux étrangers ? Palestinien bien sûr, mais aussi Syrien, Algérien, Marocain… Apparemment toutes les communautés ont le droit de manifester son attachement à son pays d’origine ou pour une cause d’un pays étranger. Toutes les communautés sauf, une ! Il n’a pas vu non plus les drapeaux du Hamas (un parti sans doute très démocratique et républicain puisque Mélenchon n’en dit rien) et même des drapeaux salafistes, tous des humanistes et progressistes. Il n’a pas vu non plus les supporters de Dieudonné et leurs quenelles, ni les pancartes avec des dessins antisémites… Non, il n’a rien vu, il devait « baissez les yeux » et se boucher les oreilles pour ne pas entendre certains slogans, comme des « morts aux Juifs ».


Quant à la communauté musulmane, il l’a nome pour mieux en prendre sa défense. Il ne faut pas mettre les musulmans dans le même sac à cause de « certains hurluberlus » qui attaquent des commerces car ils sont tenus par des Juifs. Quel relativisme ! Merah ? Serait donc un clown, un hurluberlu, et non pas un criminel qui a tué au nom d’une idéologie religieuse ! Rappelons que régulièrement la Police interpelle des apprentis jhiadistes et qu’il y en a des milliers en Syrie et ailleurs, pour couper des têtes et faire des nettoyages ethniques, mais ce ne sont que des hurluberlus… Il y a des membres de la communauté musulmane qui agressent les médecins dans les hôpitaux, certains cours sont contestés au Collège. Mais là, pas un mot sur une communauté « agressive, qui fait la leçon au reste du pays ». C’est que, dans le logiciel binaire de Mélenchon et ses comparses, les musulmans font partie des « opprimés » ce sont donc des victimes. Il oublie que des musulmans sont aussi menacés par les islamistes. Mélenchon prend aussi la défense d’Hugo Chavez qui a déclaré que « les maîtres du monde (sont) les descendant de ceux qui ont crucifié le Christ ». En une phrase, le président de gauche énonce deux « arguments » antisémites et complotiste.


Un : les Juifs sont les maîtres du monde, deux : Ils ont assassiné Jésus Christ, mais son camarade Mélenchon n’en a rien dit, un problème d’oreilles sans doute. LFI manifeste toutes les semaines depuis octobre 2023 pour la cause palestinienne, une cause pourtant « étrangère » avec des « drapeaux étrangers » et en compagnie d’islamistes dont certains ont commis des attentats en France. Lors d’une manifestation, un pro palestinien d’origine étrangère affirme « là je vais voter Mélenchon, toute ma famille va voter Mélenchon, on est une grosse communauté on va tous voter… on va l’amener au pouvoir ! » LFI ne s’en prend pas à ce communautarisme là, bien au contraire il en attend un soutien.


Dans son discours Mélenchon prêche la morale « ces valeurs sont que nous sommes toujours du côté du faible et de l’humilié parce que nos valeurs, c’est la liberté, égalité et fraternité » pourtant, on ne l’a pas vu pour dénoncer les crimes, les attentats de Boko Haram qui ont faits des milliers de morts, ni pour les Coptes, ou les chrétiens d’Orient. Non, Mélenchon n’est pas toujours aux côtés des opprimés… Il y en a qui l’intéresse plus que d’autres. Quand la Chine (Etat très respectueux des valeurs qu’il prétend défendre) opprime le Tibet, il n’a aucun état d’âme et il justifie la répression. Il explique avec son discours marxiste que le système tibétain était un régime obscurantiste, une théocratie. Pourquoi, il n’en dit pas autant du Hamas ? Est-ce autre chose qu’un gouvernement barbare et obscurantiste ? Le Hamas a d’ailleurs fait exécuter sur la place publique, sans jugement, ni procès une bonne dizaine de palestiniens qui auraient collaborés avec Israël. A aucun moment, il n’a, lui qui est contre la peine de mort et pour les palestiniens défendus ces palestiniens sans défense et massacrés. Apparemment, les palestiniens peuvent être tués, mais seulement par d’autres palestiniens. Il a l’indignation sélective ! Puis il conclu par « nous ne croyons pas à un peuple supérieur aux autres ». Ainsi, pour lui, les juifs se croient supérieurs aux autres peuples. Il essentialise ainsi une communauté et finit par ce contredire. Les juifs, pas quelqu’un, tous les juifs croient faire parti du peuple supérieur. En agissant de la sorte Il ne reconnait plus les citoyens. Le mythe des « Juifs qui se croient supérieurs aux autres » est l’un des grands thèmes de tous les antisémites d’extrême droite.


Son discours est emprunt d’idéologie dogmatique et machiavélique. Il y a d’un côté les « bons » et les « mauvais », « les riches », « les pauvres », les « opprimés, les humiliés » et les « oppresseurs ». Tout est vu en division dualiste et tout est expliqué par les classes sociales et la lutte des classes. L’oppressé, le pauvre est forcément bon. Ce qui est faux, l’humilié d’aujourd’hui peut devenir l’oppresseur de demain et il peut être même encore pire ! C’est le parcours de nombreux nazis, qui se sentant à juste titre ou non, humiliés ont nourri un ressentiment, puis une haine avec le résultat que l’on connait. Il existe aussi des petits bourgeois réellement humanistes. Le monde n’est pas tout blanc ou soit tout noir. Le monde est fait de nuance. Mélenchon dérive, ce n’est pas la première fois et ce n’est pas un hasard si le national-socialiste, Soral, a repris sur son site Egalité et Réconciliation, les propos de Mélenchon qu’il approuve. Soral, comme Doriot ou Garaudy ont eu le même parcours, ils sont passés du communisme à l’antisémitisme. Mélenchon joue un jeu dangereux il n’apaise pas les tensions ça devrait être son rôle « si la paix s’installe un jour, elle ne pourra être authentique que si chaque individu fait d’abord la paix en soi-même, extirpe tout sentiment de haine pour quelque race ou quelque peuple que ce soit, ou bien domine cette haine et la change en autre chose, peut être même à la longue en amour- ou est-ce trop demander ? C’est pourtant la seule solution » (Etty Hillesum : jeune juive déportée et assassinée par les nazis, Une vie bouleversée 1942).


Le 25 mars 2013, il s’en prend au Ministre de l’économie, Pierre Moscovici, qui a des origines juives, il dit « c’est un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français… Il pense dans la langue de la finance internationale ». La lutte contre « la finance internationale » aux « mains des juifs » est un combat mené depuis la nuit des temps par les antisémites qui accusent les Juifs d’aimer l’argent en volant les autres, il oppose d’ailleurs « français » à « la langue de la finance internationale ». Le terme de l’internationalisme est aussi un vocable adulé par les antisémites, l’ultra antisémite Henry Ford avait même donné comme titre à son livre Le Juif International, afin de démontrer que partout, le Juif a prit le pouvoir. Comme si cela avait un sens et d’ailleurs qu’elle est la « langue de la finance internationale » ? Elle vient de quelle culture ? De Quel peuple ? Mélenchon se fait aussi théologien quand il affirme que Jésus Christ a été mis sur la croix par « ses propres compatriotes» le 15 juillet 2020 sur BFM/RMC « écoutez, je ne sais pas si Jésus était sur la croix. Je sais qui l’y a mis, paraît-il, ce sont ses propres compatriotes. » Il reprend l’accusation du « peuple déicide » que l’Eglise a abandonné elle-même (sauf les intégristes). Car à l’époque, le pouvoir politique et juridique était aux mains des Romains, et non pas des Juifs qui étaient sous domination colonialiste latine. Ceux qui aujourd’hui accusent encore les Juifs d’avoir tué Jésus sont les catholiques intégristes d’extrême droite, les nationalistes par antisémitisme, du journal Rivarol à CIVITAS par exemple. Mélenchon apporte ainsi caution à ces groupes antisémites, négationnistes, homophobes, sexistes, ultra-catholique.


En juillet 2023, Mélenchon s’en prend à nouveau au CRIF. Lors du 81e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv’, le président du CRIF Yonathan Arfi avait ciblé Jean-Luc Mélenchon l’accusant de se « compromettre loin du pacte républica in » et affirmant que LFI était « prêt à sacrifier la République sur l’autel du communautarisme. » Plutôt que de répondre sur le fond, avec des arguments politiques, Mélenchon accuse avec des propos violents le CRIF et se pose en victime. Il écrit : « Le président du CRIF utilise la cérémonie à la mémoire des victimes de la rafle des Juifs par la police française pour me prendre à partie. Abjecte. L’extrême droite n’a plus de limite. » A l’époque de Staline, les opposants du communisme (y compris ceux de gauche) étaient qualifiés « d’hitlero-troskisme » par les staliniens. Avec les mêmes procédés, LFI tente de faire taire ses opposants par l’accusation « d’extrême droite ». Et pour LFI tous ceux qui ne pensent pas comme le chef incontestable Mélenchon sont « d’extrême droite » ainsi le responsable du PCF serait un nouveau Doriot. Rappelons que le CRIF fut créé clandestinement durant la Seconde guerre mondiale. Mélenchon se pose en victime est poursuit « tout aura été tenté déjà contre nous ». Plusieurs élus de gauche ont critiqués ses propos, mais ils ne partent pas de la NUPES…


Lors de l’émission Politique sur France 2 le 30 novembre 2017, Mélenchon défend la Député Obono (membre de La France Insoumise) et proche du parti antisémite, « anti blanc » et anti Républicain le PIR. Celle-ci a pu dire « qu’elle n’était pas Charlie » qu’elle dénonçait la loi sur les signes religieux à l’école de 2004 comme « une loi scélérate ». Elle dit être « une camarade de la Présidente du PIR ». Mélenchon commet un sacré lapsus « Mme Obono est une militante antiraciste et antisémite ». A la suite de l’émission, Mélenchon montre son vrai visage haineux et paranoïaque. Il s’en prend aux « médiacrates », « le traquenard organisé contre lui », il traite la journaliste Salamé « d’hystérique », un autre « de menteur ». Il dénonce un complot car on lui parle du Venezuela (alors que c’est lui qui en a longuement parlé) et dit à son contradicteur de « retourner à l’ambassade des Etats Unis » et « qu’elle avait le discours de l’extrême droite vénézuélienne », rien que ça. Il rajoute à propos de la journaliste Saint-Cricq « qu’elle ne comprend pas la moitié des sujets dont on discute » la disqualification intellectuelle et la psychiatrisation de l’adversaire sont les vieilles techniques des staliniens. Dans son long texte, en parlant de Léa Salamé il note « je ne me suis pas préoccupé de ses liens familiaux et communautaires », une phrase lourde de sous entendu, qui assigne encore une fois, une personne à une communauté, c’est encore un discours complotiste et essentialiste. Enfin, s’il évoque le mari de léa Salamé c’est encore la même communauté qu’il a dans le viseur, à savoir la communauté Juive puisqu’elle est mariée à Raphaël Glucksmann. Il est étonnant de lire aussi ce propos quelque peu sexiste, en effet, Léa Salamé serait sous l’emprise de son mari, elle se serait « enjuivée » ? Une femme ne peut pas être indépendante ? Elle est plus faible que l’Homme ? Il est vrai qu’à LFI on excuse les violences conjugales si elles sont commises par un « camarade » comme Quatennens… Mélenchon s’en prend aux médias comme le font tous les extrémistes. Pour lui, les « médias » sont contre lui dont « la personne est sacrée », il justifie la « haine » donc la violence « Si la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine, elle ne doit pas nous empêcher de réfléchir et de penser notre rapport à eux comme une question qui doit se traiter rationnellement dans les termes d’un combat. » Il se pose (comme tous ses amis de LFI) en victime des « médias » qui serait d’après-lui une « seconde peau du système ». Les médias chercheraient « à le diaboliser ».


Ainsi, LFI a été critiqué injustement par les médias quand elle a refusé de dire que le Hamas est une organisation terroriste et qu’elle serait même une organisation de « résistance ». Il écrit sur son Blog : « Sous le bombardement médiatique, les animateurs du mouvement appliquent une tactique de combat déjà éprouvée par les tempêtes médiatiques précédentes. Il s’agit de s’appuyer sur l’énergie de la conflictualité. Et ce que nous avons vu se produire en moins de deux semaines (à propos du conflit israélo-palestinien-NDLA) nous en confirme la validité. L’opinion se retourne, et notre angle de vue, bien énoncé et bien délimité, se partage toujours davantage. Il le fait à proportion des efforts entrepris par l’officialité médiatique pour le nier, le défigurer, le falsifier. » Il ajoute, avec son égo démesuré « au bout du compte, pour tous mes tweets sur le (conflit israélo-palestinien), il y a un total de 14 millions et demi de vues. Plus de deux fois un journal de 20H de TFI. (…) Toute autre intervention médiatique se déroulerait comme on le devine : coupures ininterrompues, provocations, pour me proposer de « regretter », (…) bla-bla-bla. » Mélenchon ne tient pas à condamner les viols de masse, le massacre d’enfants, de civils désarmés parc qu’ils étaient Juifs, ce n’est que du « bla-bla-bla » de journalistes aux mains des Juifs bien-sûr. Car quand des médias notent qu’il y a peu de monde dans une manifestation propalestinienne, Mélenchon écrit « quelques centaines de personnes, écrit Libération, un millier, dit BFM.


Même propriétaire, même mensonge. En fait, les rues sont pleines de Bastille à Nation. Les soutiens inconditionnels du massacre mentent pour rien. » Or, ces deux médias ont comme propriétaire un « Juif ». Notons que ni BFM et encore moins Libération sont « sionistes » ou pour le « massacre de palestiniens ». Mais la vérité et l’honnêteté importe peu pour Mélenchon. Le 22 octobre 2023, il s’en prend à Mme Braun-Pivet (Présidente de l’Assemblée Nationale) qui est en Israël tandis que Mélenchon est dans une manifestation en soutien aux palestiniens. Il ose écrire « voici la France. Pendant ce temps, Mme Braun-Pivet campe à Tel-Aviv pour encourager le massacre. Pas au nom du peuple français ! » Bien sûr, en aucun cas Mme Braun-Pivet n’a « encouragé le massacre » mais elle a évoqué le sort des otages du Hamas dont certains sont français. Visiblement pour Mélenchon ces français là ne comptent pas… Il y a eu quarante français, des civils, assassinés volontairement par « les résistants » du Hamas, c’est ça un « massacre ». Dans son propos, les Juifs sont des menteurs et ils contrôlent les médias. Ils se réunissent pour encourager des massacres… Ce sont des accusations antisémites. Mélenchon sait parfaitement que Mme Braun-Pivet est Juive, il sait qu’elle est régulièrement menacée de mort par des antisémites qui lui envoient des messages, en l’accusant d’être pour « le massacre » il met encore plus en danger Mme Braun-Pivet. Le mensuel Le Point n°2671 rapporte que Mme Braun-Pivet reçoit des courriers, des injures, des étoiles de David, des petits cercueils dessinés portant le nom de ses enfants et, sur Internet, des avalanches de tweets, innommables et violents. Elle explique « personne ne m’avait mise en garde. Je pensais que la république laïque qui avait accueilli mes grands-parents avait fait son œuvre. » A chaque courrier, elle repense à ses grands-parents justement. « Cette résurgence leur aurait fait terriblement mal. C’est triste à dire, mais je préfère qu’ils ne soient plus là pour voir ça. »


L’IFOP a réalisé un sondage auprès de la population français en décembre 2023. Les résultats sont sans appels et contredisent le chef des insoumis, il y a seulement 10% de la population qui estime que le Hamas a commis des actions « de résistance contre la colonisation » le 7 octobre 2023 par contre 36% estiment que le Hamas a commis « des crimes de guerre » et pour 54% il s’agit « d’actes terroristes ». Le fait de dire à une « Juive » qu’elle « campe » est une rhétorique antisémite très ancienne. L’historien Pierre Birnbaum rappelle dans le journal Le Monde (journal vendu aux Etats-Unis d’après Mélenchon) que « le campement » était bel et bien un trope antisémite contemporain de Dreyfus et Maurras : « Dans La Dernière Bataille, Edouard Drumont –le pape de l’antisémitisme- écrit, en 1890 : « La race Juive (…) est une race de nomades et de Bédouins ; quand elle a installé quelque part son campement, elle détruit tout autour d’elle. » Plus tard au moment du Front Populaire, Maurice Bedel soutien (…) que Léon Blum est « le président du Conseil venu d’une race errante camper en Ile-de-France par un hasard qui l’eût aussi mené à New-York. » Plus tard encore, en 1954 le journal de l’Action Française, Aspects de la France, organe nationaliste et antisémite, écrit au sujet de Pierre Mendès France, alors président du Conseil : « Il est, de tous les Mendès, celui qui campe présentement entre l’Atlantique et Pyrénées. » L’historien écrit « décidément, ce « campe » plonge dans une longue histoire qu’il conviendrait de retracer plus soigneusement tant elle a à voir avec le mythe du Juif errant au campement provisoire – mythe propagé sans cesse par les populismes d’extrême droite mais aussi, fréquemment, d’extrême gauche. » Mélenchon est un homme politique depuis longtemps, il est, d’après tout le monde très cultivé, il sait donc à qui il fait des clins d’œil, via des allusions qui reprennent des accusations antisémites sous prétexte de soutien au peuple palestinien.

Lors des manifestations syndicalistes et politiques contre les projets du président Macron, il y a toujours des drapeaux palestiniens. Mélenchon condamne ceux qui importent le conflit israélo-palestinien en France, mais qui le fait si ce n’est ses amis ? En tous les cas, il ne dénonce pas « les drapeaux d’un pays étranger » quand il s’agit du drapeau Palestinien. Enfin, quel est le lien entre la réforme de la SNCF et la Palestine ? Quel est le lien entre le syndicalisme (la défense des droits des salariés d’un pays) avec la Palestine ? Quel est le lien avec la lutte contre le libéralisme et la cause palestinienne ? Qui fait une fixation sur ce sujet ? Par ailleurs, lors de la manifestation poujadiste de gauche « la fête à Macron » on a pu voir une pancarte avec comme slogan « Macron= libéralisme=sionisme », les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les bonimenteurs de La France Insoumise, pris la main dans le sac, ont par la suite expliqué que ce genre de slogan était minoritaire (sic), mais pas condamné, ni supprimé lors de la manifestation… On rappellera que lors de la manifestation « jour de colère » d’autres affiches du même style étaient apparues « Europe pédo-criminelle sioniste satanique». Le sionisme mis à toutes les sauces et mis en avant sur tous les sujets, c’est le nouvel avatar de la haine du Juif associé au « libéralisme » à « l’argent » à la déliquescence de la société via l’homosexualité.


Les adeptes de Mélenchon récidivent lors de la manifestation du 26 mai 2018 contre le Président Macron. Une pancarte où l’on voit Macron a été brandie. On y voyait Macron habillé en uniforme SS arborant « MEDEF », « Vinci » et sur la manche, à la place du drapeau nazi le drapeau israélien, le tout avec pour slogan « Je ne suis pas de gauche, je ne suis pas de droite. Je suis d’extrême droite et je vous ai tous niqué ! » Outre la pauvreté intellectuelle et la bêtise crasse, nous constatons que pour les militants de LFI, que le nazisme, l’extrême droite c’est les groupes industriels, le MEDEF, les centristes macronnistes et Israël…

Mélenchon dérape souvent, comme le faisait Le Pen, ainsi, lors de l’émission Question Politique sur France-Inter du dimanche 6 juin 2021, il ose déclarer « Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Ca a été Merah en 2012, ça été l’attentat la dernière semaine sur les Champs Elysées (en 2017). Tout ça, c’est écrit d’avance ». Il n’y a pas de hasard comme le disent les complotistes, Mélenchon rajoute que ces « incidents » ont pour but de « montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile, c’est bateau tout ça». Ainsi, il y aurait un complot contre les musulmans organisé sans doute par l’Etat ou les « sionistes » afin de détourner la population des vrais problèmes et de provoquer une guerre civile. Il oublie que des attentats islamistes sont commis par des musulmans et ce dans de nombreux pays où il n’y a pas de campagne présidentielle, y compris des pays musulmans. Il oublie aussi que Merah a aussi tué des musulmans… Et surtout, il ne dit pas un mot sur les enfants Juifs massacrés par Merah parce qu’ils étaient Juifs, cela n’était plus arrivé en France depuis Vichy et les nazis, pour lui ce sont des « incidents ». Le 10 novembre 2019, Mélenchon et LFI, le NPA, le PIR, des élus EELV, PCF et bien d’autres manifestent à Paris contre « l’islamophobie ». Désormais LFI se rapproche du courant islamo-gauchiste et ultra antisioniste. Lors de cette manifestation, des enfants musulmans portent l’étoile de David et se comparent au sort réservé aux Juifs durant la période de l’Occupation et de la collaboration. Rappelons que le port de l’étoile était obligatoire, que les enfants Juifs ne pouvaient plus aller à l’école, dans les parcs, les cinémas, etc.… puis il furent déportés et tués, en quoi les musulmans vivent cela aujourd’hui en France ? L’organisateur de cette manifestation, Madjid Messaoudene, est un islamo-gauchiste, en 2019 il était élu municipal de Saint-Denis. Il s’est fait un nom en 2012, à peine un jour après le massacre des enfants Juifs à Toulouse en tweetant des messages ironisant sur ce crime d’enfants Juifs : « Le présumé tueur (sic) n’est pas resté casher (sic) très longtemps », « Tu fais quoi ce soir ? Suis en mode hommage, j’arrête tout, on va me dire que je ne suis pas touché, pas ému. Du coup, je vais m’entraîner à pleurer », « Guéant ne s’est toujours pas indigné du fait que le directeur de l’école Juive ne semble pas parler français, tant que ce n’est pas un imam… » Et bien-sûr, il faut plaindre avant tout le père de Merah « Oui le père de Mohamed a perdu un enfant, il a le droit lui aussi de pleurer son fils n’en déplaise au président apparemment fasciste (sic) ». Tel est l’individu qui lança cette manifestation « contre l’islamophobie » à laquelle une très grande partie de la gauche participa. Suite à l’appel de Messaoudene, L.e.s Musulmans, puis le Collectif contre l’islamophobie en France, le NPA, le Comité Adama, L’Union communiste libertaire, des élus d’EELV, du PCF et la gauche de Mélenchon vont participer à cette manifestation. Rappelons que pour les islamistes, la liberté d’expression doit être limitée, qu’il est normal de pendre un homosexuel ou de lapider une femme, que l’Islam doit conquérir le monde y compris par la guerre. Le mouvement antifa de Paris a aussi participé à cette manifestation. Au début, les antifas étaient plutôt libertaires et antireligieux, maintenant ce n’est plus le cas quand il s’agit de l’Islam. Comme le note l’historien Christophe Bourseiller « on perçoit le même « trouble du sens » à l’automne 2013, lors du conflit opposant le groupe islamiste Hamas à Israël. Les groupes antifascistes, le NPA et Mélenchon appuient avec force la cause palestinienne, alors portée par le Hamas. Or, plusieurs organisations d’extrême droite épousent la même cause, l’hebdomadaire Rivarol, le groupe « Les Nationalistes » et la totalité du courant nationaliste-révolutionnaire appelant à participer aux mêmes rassemblements pro-palestiniens qu’eux. » En 2023, c’est toujours le cas. Par contre, Mélenchon ne va pas participer à la manifestation contre l’antisémitisme comme la très grande majorité des députés LFI. Le 7 novembre 2023, il tweet « Dimanche manif de « l’arc républicain » du RN à la macronie de Braun-Pivet. Et sous prétexte d’antisémitisme (sic), ramène Israël-Palestine sans demander le cessez-le-feu. Les amis du soutien inconditionnel au massacre ont leur rendez-vous ». Il n’y aurait donc pas d’antisémitisme, ni d’augmentation d’actes antisémites ? Il préfère manifester contre « l’islamophobie » avec des islamistes dont la France a été victime à plusieurs reprises. Enfin, cette manifestation n’avait pas pour motif le soutien à Israël, il n’y avait aucun drapeau Israélien lors de cette manifestation, ni slogan pro-israélien, Mélenchon est un menteur et un manipulateur.


De plus, il faut aussi demander au Hamas de mettre en place un cessez-le-feu ainsi qu’au Hezbollah et à leur grand ami Iranien. Mélenchon est un homme politique, il connaît l’histoire aussi peut-il nous expliquer pourquoi sur le drapeau du Hamas il y a deux sabres et sur celui du Hezbollah une kalachnikov, est-ce des symboles de paix ou de guerre ? Sur le drapeau du Hamas il est écrit « Il n’y a qu’un seul Dieu, Allah » que deviendront les chrétiens, les Juifs, les athées si le Hamas a le pouvoir sur cette partie du monde ? Que pense le Hamas de l’athée Mélenchon ? Le Hamas peut s’en servir, mais après usage les islamistes feront quoi des ces « progressistes de gauche athées » si ce n’est les exterminer, comme ils l’ont fait en Iran après avoir renversé ensemble le Shah ?


Lors des élections législatives de 2022, l’alliance de gauche sous tutelle de Mélenchon (autoproclamé Premier Ministre) présente des candidats proches des islamistes, des antisionistes extrémistes, de Dieudonné. Citons la deuxième circonscription de la Haute-Loire où se présentait, Azelma Sigaux qui souhaite une alliance « Rouge-Brune » puisqu’elle souhaite rassembler la gauche à « une partie de l’électorat du Rassemblement national qui n’est pas insensibles à nos idées… » elle fut un militante des Gilets Jaunes et porte-parole de Révolution écologique pour le vivant (REV) d’Americ Caron. Elle est aussi la fille de Jacky Sigaux, l’ancien régisseur de Dieudonné, qui s’était déguisé en déporté lors du spectacle de Dieudonné au Zénith pour remettre le « prix de l’infréquentabilité et de l’insolence » au négationniste Faurisson, devant un Jean-Marie Le Pen hilare… Aymeric Caron avait, lors d’une émission On n’est pas couché critiqué le film 24 jours d’Alexandre Arcady qui aborde de martyr d’Ilan Halimi. Il ne souhaitait pas entendre parler de ces 24 jours de tortures dignes de celles pratiquées par les nazis. Il préfère alors évoquer le sort des Palestiniens dont aucun n’est torturé comme le fut Halimi. De plus, en quoi un crime pourrait en excuser un autre ? En quoi, Halimi est responsable de la politique d’Israël ? Il a aussi évoqué « l’islamophobie » en France comme étant le problème le plus important, après tout un Juif torturé et tué parce-que juif, ne le touche pas, il préfère défendre les moustiques et les lombrics, les animaux « qui doivent avoir des droits » plus que les hommes et parmi-eux les Juifs sont encore moins considérés.


Puis, Obono, Autain, Simonnet et d’autres « humanistes » ont reçu avec joie le militant Anglais Jeremy Corbyn, proche des islamistes, de l’Iran n’ayant jamais dénoncé l’antisémitisme présent dans son parti. La négationniste Simonnet ose pourtant déclarer, les choses sont simples : « Corbyn n’a jamais tenu un seul propos antisémite » il est « victime d’une grossière manip’parce qu’il incarnait l’aile gauche » du Labour. Simonnet allume un contre feu afin de protéger son « camarade » Anglais. Il serait victime d’une cabale, d’un complot car il est de « l’aile gauche » du Labour Notons, que dans les années 1930, Mosley était de « l’aile gauche » du Labour avant de créer le premier parti pro-fasciste anglais, il sera combattu par le libéral-capitaliste (le démon pour l’extrême gauche) Churchill. C’est le déni de l’antisémitisme pourtant présent à gauche depuis toujours. Obono a pu dire qu’elle n’était pas Charlie comme l’a dit Jean-Marie Le Pen, ou Dieudonné. Elle ose déclarer que « ceux qui pleurent sur Charlie n’ont pas un mot quand on interdit les spectacles de Dieudonné. » Oubliant que Dieudonné tient des propos antisémites (donc raciste) et négationnistes, il trouve même Pétain sympathique et explique que ce sont les juifs qui ont peut-être commencé la guerre. Dieudonné est proche de l’Iran, de Jean-Marie Le Pen, de la Corée du Nord, du Venezuela, des négationnistes et antisémites, de l’hebdomadaire raciste et antisémite Rivarol, Charlie Hebdo c’est tout le contraire. Déjà en 2019, Mélenchon avait soutenu Corbyn qui serait une victime d’un complot Juif : « Il a dû subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud. Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas, il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires. » Mélenchon, comme tout antisémite, fantasme sur un présupposé pouvoir Juif ultra et dominant. Dans les faits, l’antisémitisme était présent dans le Labour (cf. Angleterre) et Le Figaro du 15 février 2023, note le changement au sein du parti et titre « Au Royaume-Uni, le Chef du Labour veut tourner la page du « fléau » de l’antisémitisme ». Le journal rapporte que la gauche anglaise est capable de réaliser une autocritique contrairement à celle de la France (La France Insoumise encore plus que les autres partis de gauche). Le chef du parti travailliste, Keir Starmer déclare qu’il souhaite tourner la page du « fléau » de l’antisémitisme et ajoute « l’antisémitisme est un fléau et aucun parti politique qui le nourrit ne mérite d’être au pouvoir », « aujourd’hui, au nom de tout le parti travailliste, je présente mes excuses » à « ceux qui cherchent à blâmer les autres ou à minimiser ce qui s’est passé dans notre parti font eux-mêmes partie du problème ». Une phrase qui peut s’adresser à un Mélenchon et aux autres qui ont minimisé ou nié l’antisémitisme au sein de ce parti au nom de « l’antisionisme » notamment. Au sujet du pro terroriste palestinien est ancien dirigeant du Labour, le nouveau dirigeant est ferme, il « ne sera pas candidat pour le parti travailliste lors des prochaines élections générales », le parti « ne sera plus jamais un parti capturé par des intérêts personnels. Il ne perdra plus jamais de vue son objectif ou sa morale. Et il ne sera plus jamais mis à genoux par le racisme ou la bigoterie ». Il conclut qu’il « n’y aura aucune patience ni tolérance » face à l’antisémitisme, puis « et s’il y a quelqu’un dans le parti travailliste qui n’aime pas se changement, alors mon message pour lui est très clair ce matin : la porte est ouverte et vous pouvez partir. » On ne serait mieux désavouer Mélenchon…


A propos d’Eric Zemmour Mélenchon estime que le polémiste « reproduit beaucoup de scénarios culturel, « on ne change rien, on ne bouge pas, la créolisation mon Dieu quelle horreur ! Tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au Judaïsme ». De tels propos sont stupides et antisémites, ils reprennent l’accusation des Juifs qui restent entre-eux et qui seraient les véritables « racistes ». Citons la députée Raquel Garrido qui a osé déclarer à propos des signes religieux lors des sorties scolaires : « Si Blanquer s’était opposé au port de la kippa, il ne serait pas ministre. » Tout d’abord, dans qu’elles sorties scolaires cela c’est produit ? Y’a-t-il des menées intégristes Juives au sein des écoles et des collèges publiques ? Des revendications de port de la kippa en cours ? Quand et où ? Afin de ne pas fâcher les musulmans, y compris les intégristes, Garrido trouve un bouc-émissaire « le Juif » que l’on n’oserait pas critiquer (car il a le pouvoir) alors qu’il ne pose aucun problème au niveau de la laïcité à l’école. Autre accusation, via un sous-entendu, le « Juif » contrôle tout, il est le vrai dirigeant de la France, puisque si une personne tente de s’en prendre au judaïsme, il ne peut pas devenir ensuite ministre, car « le Juif » empêchera cela, il « tire les ficelles » comme le disent les antisémites et comme le dit Garrido.


Suite aux élections législatives de 2022, la députée et présidente du groupe LFI de l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, ose dire à la Première Ministre, Mme Borne « vous êtes une rescapée » au vu des résultats où la majorité présidentielle est relative. Un sous-entendu étrange quand on sait que Mme Borne a des origines Juives et quand on sait que son père fut un rescapé d’un camp de concentration. En juillet 2022, elle récidive, en écrivant ce tweet à propos de la rafle du Vél d’Hiv : « Il y a 80 ans, les collaborationnistes du régime de Vichy ont organisé la rafle du Vél d’Hiv. Ne pas oublier ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un président de la République qui rend honneur à Pétain et 89 députés RN ». Elle reproche ici, avec une mauvaise foi, le fait que Macron avait dit qu’il fallait distinguer le « grand soldat » vainqueur à Verdun du Pétain de Vichy. Rappelons, tout de même, que Mélenchon est un mitterrandiste forcené, or, celui-ci a fait fleurir la tombe de Pétain de 1986 à 1992, il fut aussi un grand ami du collaborationniste Bousquet. Enfin, il n’a jamais voulu reconnaître la responsabilité de la France dans les rafles de Juifs en France, il faudra attendre un Président de droite, M. Chirac. Bref, avant de donner des leçons d’Histoire, il faudrait mieux la connaître… Enfin, son tweet n’a qu’un but : critiquer Macron, sur le dos des Juifs. Elle n’écrit même pas qui est déportés et pourquoi, à savoir par idéologie antisémite, ce qui est tout de même la cause des rafles. Toujours à propos de la rafle du Vél d’Hiv, notons le communiqué du maire NUPES du XXe arrondissement de Paris (Eric Pliez) pour lui, la rafle qui a déportée des « milliers (…) de français » était constitués de « personnes Juives, tziganes, communistes et LGBT ». Un communiqué négationniste qui ne veut pas reconnaître que la rafle a concernée que des Juifs parce qu’ils étaient Juifs et qu’elle avait qu’un seul but : leur extermination. En effet, aucun tzigane n’a été déporté ce jour là, encore moins des LGBT (ce terme n’existait même pas à l’époque), ni des communistes parce qu’ils étaient communiste. Face au tollé le maire a retiré son communiqué puis s’est excusé. Mais cela est révélateur, une grande partie de la gauche refuse de lutter contre l’antisémitisme quand il vient de la gauche ou des islamistes, elle soutient même ces militants.


Suite au pogrom du 7 octobre 2023 commis par les criminels et terroristes islamistes du Hamas, Mélenchon tweete le jour même, il ne semble pas en état de sidération, de choc, ceci : « Toute la violence déchaînée contre Israël et à Gaza ne prouve qu’une chose : la violence ne produit et ne reproduit qu’elle-même. Horrifiés, nos pensées et notre compassion vont à toutes les victimes de tout cela. Le cessez-le-feu doit s’imposer.» Le 7 octobre il n’y a pas d’action de l’armée israélienne, mais Mélenchon demande la fin des violences à Gaza… Il réclame même un « cessez-le feu » alors qu’Israël n’a pas encore réagit. De plus, dans les faits, il y avait un cessez-le feu avant le 7 octobre, c’est le Hamas qui a mit fin à celui-ci. Enfin, Gaza n’est pas colonisé, le Hamas y règne en maître, il en fait quoi de son pouvoir à part des crimes contre l’humanité ? Enfin, il ne dit pas ce qu’est le Hamas, ce n’est pas une armée, mais une organisation terroriste islamiste qui a pour but de tuer tous les Juifs et d’islamiser le monde entier par tous les moyens. Le dimanche 3 décembre 2023, Mélenchon s’en prend à la journaliste Ruth Elkrief, il la taxe de « manipulatrice », de « fanatique », qui réduirait « toute la vie politique à son mépris des musulmans. » Voici son tweet paranoïaque « Ruth Elkrief. Manipulatrice. Si on n’injurie pas les musulmans (sic), cette fanatique s’indigne. Quelle honte ! Bravo Manuel Bompard pour la réplique. Elkrief réduit toute la vie politique à son mépris des musulmans. » Ce sont (encore) des accusations mensongères et gravissimes. D’ailleurs Mélenchon se garde bien de donner des preuves, des arguments. L’essentiel est la violence verbale, l’accusation et l’aboiement. Si Madame Elkrief avait tenus des propos contre les musulmans, les associations musulmanes l’auraient signalées tout comme des imams, il y aurait eu des communiqués, des polémiques et des plaintes… Mais peut-être que Mélenchon est le représentant du culte musulman puisqu’il est aussi « sacré » et premier ministre d’office… Le thème du Juif « manipulateur », « fanatique » tenant « la presse » est (encore) une thématique antisémite. C’est le mythe du complot Juif comme Les Protocoles des Sages de Sion. Ce tweete a provoqué une indignation quasi-générale, Marine Tondelier, la secrétaire nationale des Ecologistes lui a répondu « efface » sans succès. Gérard Darmanin, Ministre de l’Intérieur, a annoncé devoir « remettre une protection policière » à la journaliste, « Jean-Luc Mélenchon met une cible dans le dos de Madame Elkrief », a-t-il déploré. Pour complaire à son électorat et faire le buzz, il provoque, il simplifie, il ment, il est dans l’outrance, la violence, l’accusation sans preuves, il parle « dru et cru » il fait comme Hitler qui disait « si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues. » Sur son blog, Mélenchon s’en prend (comme le faisait Jean-Marie Le Pen) aux médias qui seraient manipulés et contre lui. Ils seraient pour Israël donc aux mains des sionistes, une rhétorique antisémite puisque pour les antisémites « les sionistes », « les Juifs » ont le pouvoir et contrôlent les médias. Mélenchon ose écrire que ce sont les médias qui ont placé le conflit Israël-Palestine au sommet de la hiérarchisation médiatique. Il est difficile d’être plus de mauvaise foi que Mélenchon. En effet, il n’y a pas une seule manifestation de gauche sans drapeaux palestiniens, pas une seule fête de l’Huma sans stand du BDS et autres associations pro-palestinienne et qui manifeste depuis octobre 2023 toutes les semaines pour la Palestine, si ce n’est LFI et ses amis ? Enfin, Le Monde, Libération, L’Obs, Politis, Télérama, Le Monde diplomatique ne sont pas pro-israélien, il suffit de les lire : « Les médias en France ont placé le conflit Israël-Palestine au sommet de la hiérarchisation de l’actualité. (…) malgré cela, la fanfare médiatique ne peut cacher comment, progressivement, ce spectacle a glissé hors de son champ de départ. Elle se concentre désormais sur les conséquences en France et dans le monde de l’alignement de toute la sphère politique parlementaire française, sauf LFI, sur « le soutien inconditionnel à Israël ». Cette ligne est portée haut et fort par la macronie et notamment le petit groupe d’illuminés qui la dirige à l’Assemblée nationale. »


Ces propos sont à la limite du complotisme où une « petite caste d’illuminés » aurait le « contrôle total sur les politiques », une caste où il y a des Juives d’Elisabeth Borne à Yaël Braun-Pivet. Mélenchon s’exprime par sous-entendu. Sa femme (Chikirous) qui parle aussi dru et cru tweet aussi bien que lui « pendant que le microcosme parisien des médias parlent de lui et jouent les vierges effarouchées Ruth Elkrief Israël bombarde massacre et va au bout de son génocide de l’histoire. Il n’y a qu’une chose à crier vive la résistance Palestinienne. » Notons simplement que la guerre civile au Yémen à fait au moins 350 000 morts, la guerre en Syrie en a fait 500 000, sans que Mélenchon et ses amis manifestent dans la rue, visiblement quand les arabes se massacrent entre-eux cela ne pose pas de problème, mais quand les Juifs se défendent là ça ne va plus du tout et on les accuse de « génocide ». Hélas, à gauche on ne sait pas compter, toute guerre confondue et en y ajoutant les intifada il y a eu environ 100 000 morts du côté arabe dans le conflit israélo-arabe. Ajoutons, que toutes les guerres ont commencé (comme pour le 7 octobre 2023 avec le Hamas) par une attaque arabe. Début février sur France Info, la députée Clémentine Autain ose critiquer Mélenchon sur sa stratégie du conflit permanant, y compris à propos du conflit entre le Hamas et Israël, pour Autain cela est contre productif. Aussitôt, Mélenchon (celui qui s’était autoproclamé « Premier Ministre » avant les résultats des élections) s’en prend à Antain, la possibilité de remettre en cause le chef à vie n’est pas admise, avec un ton limite paranoïaque il écrit « Le sabotage de Clémentine Autain doit cesser ! » en résumé, il faut qu’elle se taise et baisse les yeux, il ajoute « les coups dans le dos en période de campagne électorale ne sont pas acceptables. Qui entend dire, à part dans les classes moyennes supérieures et les journalistes amis des criminels de guerre, que nous reculons. » Ce sont des propos fait de sous entendu et accusatoire, il y aurait « des journalistes amis des criminels de guerre », pourquoi ne les nomme t’il pas ? Il a peur d’un procès en diffamation ? C’est de l’outrance en guise d’argument, cela plaît aux faibles, aux incultes, aux haineux et aux pseudo-révolutionnaires qui trouve génial l’ex-sénateur PS et Ministre. Bien-sûr, sans le dire, il vise « les sionistes » car ce sont eux les « criminels de guerre » et les sionistes feraient partis « de la classe moyenne supérieur » et seraient très présents « dans les médias ». Rappelons que Mélenchon fait partie de cette classe sociale depuis le début de sa vie politique, il est parti intégrante du « système » et fait parti de « l’élite ». Il reprend là les accusations des antisémites : les Juifs font parti des classes supérieures, ils sont « riches », aiment « l’argent, le pouvoir » c’est pour cela qu’il y a beaucoup de journalistes Juifs ou dans les médias, Jean-Marie Le Pen le disait, Mélenchon, d’une manière plus sournoise dit de même, ce qui est encore pire et malhonnête. Il ajoute qu’Autain devrait partir, on ne critique pas « la personne sacrée » à LFI, c’est le grand Timonier « partir serait mieux, plus honnête, plus respectueux humainement. Donc hors de portée. »


Pascal Perrineau (politologue) note : « Derrière son positionnement, il y a quelque chose de plus cohérent, à savoir les complaisances de la gauche de la gauche à l’égard de l’islamisme, ce qu’on a appelé l’islamo-gauchisme. Dans ce camp, il y a toujours eu l’idée que l’on peut soutenir l’islamisme comme force se mobilisant contre le capitalisme, l’impérialisme, l’Occident colonial. C’est un courant qui existe depuis plus d’un siècle. Les positionnements de LFI et du NPA se situent dans la continuation de cette culture de complaisance vis-à-vis des Palestiniens les plus radicaux. Le Palestinien est à défendre parce qu’il incarne la figure du prolétaire, du damné de la terre. Et c’est ainsi que Sartre dans La Cause du peuple et Edwy Plenel, sous le nom de Joseph Krasny, dans Rouge, ont soutenu les assassinats des athlètes israéliens lors des JO de Munich de 1972 par des terroristes palestiniens. » Citons la belle phrase de Stefan Zweig  elle définie bien cette gauche : « J’appris à observer le type éternel du révolutionnaire professionnel qui, par son attitude de pure opposition, se sent grandi dans son insignifiance, et se cramponne aux dogmes parce qu’il ne trouve aucun point d’appui en lui-même ».



Régis Boussières auteur du Tome sur l’antisémitisme

Régis Boussières

Descendant d’une famille de déportés à Auschwitz dont la grand-mère a été l’unique rescapée, Régis Boussières a été marqué par ce drame familial. Et pourtant, aujourd’hui, l’antisémite refait surface sous de nouveaux visages mais avec la même haine. Ayant travaillé dans le social, il a pu mesurer l’impact des discours complotistes, d’un Soral ou d’un Dieudonné sur des gens qui regardent plus le web qu’un livre d’histoire. Il a alors décidé de prendre sa plume pour lutter à nouveau, à sa façon, contre cette bête immonde.


(Jean-Luc Melenchon)

218 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout

Medine

4 Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Guest
Feb 13
Rated 5 out of 5 stars.

Très bonne analyse, entièrement d'accord avec ce qui est dIt.

View Edits
Like

Guest
Feb 13
Rated 5 out of 5 stars.

Bon résumé du travail de Mélenchon consistant à banaliser les tropes antisémites....

Like

Guest
Feb 13
Rated 5 out of 5 stars.

Bon article, il y a toujours eu, à gauche des antisémites, de Toussenel à Proudhon en passant par Blanqui ou Bakounine... Puis après il y a eu les Doriot, Déat...

Like

Guest
Feb 13
Rated 4 out of 5 stars.

Bien argumenté. Le premier tome de cet auteur "dictionnaire sur l'antisémitisme" est très intéressant. Il va de l'Affaire Dreyfus, à M. ABBAS ou le philosophe ALAIN. Il y a aussi l'Action Française et des pays comme l'Algérie, l'Angleterre et l'Allemagne qui sont abordés

Like
bottom of page