top of page

Fanatisme de la foi univoque - Rony Akrich



Friedrich Nietzsche

Le philosophe du 19e siècle, Friedrich Nietzsche, rencontra directement le fanatisme. En 1885, sa sœur Elisabeth épouse Bernhard Förster, un militant antisémite d'extrême droite.




Förster s’était fait connaître en co-auteur et en promouvant la « pétition antisémite » (1880), qui exigeait que les Juifs se voient refuser leurs droits civiques, qu’ils soient exclus des emplois dans la fonction publique et qu’ils ne puissent pas immigrer. Mais cette pétition ne lui suffisait pas: il s’est même aliéné certains de ses associés les plus extrêmes lorsqu’il a concocté son projet d’établir une colonie aryenne au Paraguay. Cette colonie, la Nouvelle (Nueva) Germania, n’admettrait que ceux dont la « pureté raciale » serait dûment établie. Il visait à dominer et potentiellement asservir les Paraguayens, qui serviraient les colons aryens. L'objectif ultime, comme le disait Förster, était de parvenir à « la purification et la renaissance de la race humaine ». Ce fut un échec cuisant: bien que Förster soit parti avec une quarantaine de colons, en deux ans, la moitié d'entre eux étaient morts du paludisme ou de faim, et la plupart des autres étaient retournés en Allemagne. Face à l’échec de ses projets, Förster se suicide en 1889.


Il était un fanatique, extrême, même pour certains des antisémites les plus ardents. Nietzsche le méprisait, disant à sa sœur que son mariage était « l'une des plus grandes bêtises que vous ayez jamais commises… Votre association avec un chef antisémite exprime une étrangeté par rapport à tout mon mode de vie, ce qui me remplit toujours de colère et de mélancolie ». Förster était un « agitateur », un doctrinaire que Nietzsche considérait comme incarnant tant de traits qu'il déplorait. Notre philosophe voulait à tout prix éviter ce genre d'adoration. « Vous ne trouverez aucune trace de fanatisme dans mon être », affirmait-il

Il n’est peut-être pas surprenant que Nietzsche nous offre certaines des idées philosophiques les plus pointues sur les origines et les conséquences du fanatisme – idées qui restent aussi pertinentes dans notre monde social moderne qu’elles l’étaient à son époque. En convoquant ces idées, nous pouvons mieux comprendre le fanatisme contemporain et développer des stratégies pour le combattre.


Qu’est-ce que le fanatisme exactement ? Il y a trois fonctionnalités clés. Premièrement, le fanatisme implique un engagement passionné envers une identité ou une cause : le fanatique brûle du désir de réaliser son objectif, méprise ceux qui s’y opposent et éprouve une joie ravie en présence d’autres personnes partageant les mêmes idées.

Deuxièmement, les fanatiques sont dogmatiquement et obstinément réticents à changer d’avis ; vous n’allez pas convaincre un fanatique d’abandonner sa cause en présentant des objections raisonnables ou en soulignant les incohérences de ses points de vue.

Enfin, les fanatiques sont prêts à recourir à des méthodes extrêmes – violence, subversion, bouleversement de l’ordre social – pour atteindre leurs objectifs. Ce faisant, ils risquent souvent leur propre vie ou celle des autres.


Bien sûr, les gens peuvent être dévoués, dogmatiques et exaltés pour toutes sortes de raisons ; nous pouvons même reconnaître certaines de ces tendances en nous-mêmes. Alors, en quoi ces engagements diffèrent-ils dans le cas du fanatique ? Après tout, on peut être un acteur politique passionné sans être un extrémiste. Celui qui consacre sa vie à lutter contre la corruption, contre le racisme ou à préserver l’environnement n’a pas besoin d’être un fanatique. Ce n’est donc pas seulement la force de l’engagement d’une personne envers une cause qui détermine si elle est fanatique. Il doit y avoir autre chose en cause. Les fanatiques en sont certains, tout comme vous ou moi pouvons être certains de nos valeurs les plus chères. Mais Nietzsche soutenait que, pour le fanatique, cette certitude est nécessaire; c'est un mécanisme d'autoprotection. C'est aussi une tendance que nous pouvons parfois reconnaître en nous-mêmes: le conjoint peut avoir besoin de croire que sa partenaire est fidèle malgré toutes les preuves du contraire, tandis que l'acteur raté peut avoir besoin de croire qu'il réussira un jour. De même, le fanatique doit préserver son engagement fondamental, son entendement du sujet dépend de son approche de la cause, est-elle invariable? Car son identité est en partie constituée par son dévouement inébranlable à cette cause, et remettre en question ou abandonner la cause équivaudrait à remettre en question ou à abandonner son identité même. Une personne dotée d’une estime de soi solide et sûre peut tolérer l’ambiguïté, la dissidence et la critique (même si elle ne modifie pas ses engagements en conséquence) ; le fanatique ne le peut pas. Comme l’écrivait Nietzsche : "Le fanatisme est la seule « force de volonté » que même les plus faibles et les plus incertains peuvent être amenés à atteindre".


C’est cette résistance dogmatique aux effets du raisonnement, combinée à une fragilité profonde, qui rend le fanatisme pathologique. Le fanatisme nous donne une forme de force fragile qui cache une faiblesse plus profonde: cette « force » ne peut être maintenue qu’en ignorant, en supprimant ou en détruisant toute menace possible. Reconnaissant que toute menace conduirait à « l’effondrement et à la désintégration », le fanatique doit se rendre aveugle à l’ambiguïté: « Ne pas voir grand-chose, ne pas être impartial en quoi que ce soit, être partisan de bout en bout, considérer toutes les valeurs d’un point de vue strict et fier. Perspective nécessaire, d'un regard et d'une pensée, c’est à elle seule la condition dans laquelle un tel homme existe. Une fois que nous aurons compris ce qu’est le fanatisme, nous serons mieux placés pour expliquer comment il se propage et comment le combattre. Nietzsche soutient que certains types de récits ont un grand pouvoir: ils peuvent nous changer, transformer qui nous sommes. Et s’il existe un type de récit parfait pour générer des fanatiques, c’est bien le récit de ressentiment, une histoire puissante qui encourage et nourrit la force fragile unique du fanatique.


Les récits de ressentiment dressent un tableau de la vie et dans lesquels tous les problèmes et difficultés d’une personne sont imputables non pas à la riche ambiguïté du monde ou à des défauts personnels, mais à des dichotomies simplistes, nous contre eux. Leur forme la plus élémentaire est la suivante: vous souffrez parce qu’un groupe vous fait injustement du mal. Certains considèrent le féminisme et le libéralisme comme des forces destructrices qui dévastent la vie des hommes; le membre de l’Etat islamique estime que seule une guerre apocalyptique contre ceux qui nient ses enseignements corrigera les défauts du monde. Ces récits favorisent une orientation totalisante et négative vers un groupe extérieur. Ils nous demandent de haïr ceux qui sont désignés comme responsables de nos problèmes. Ils nous justifient si nous acceptons le récit, nous exonérant de toute responsabilité personnelle pour nos difficultés et nos échecs en rejetant carrément la faute sur les épaules d’un groupe externe. Enfin, ils nous fournissent un objectif facilement réalisable: répondre avec hostilité et agressivité envers le groupe extérieur oppresseur. Les philosophies motrices de l’islamisme et de toutes les tendances fondamentalistes prennent la forme d’un récit de ressentiment. Les récits de rancœur sont puissants car ils sont émotionnellement satisfaisants et créateurs d’identité. Ils offrent une satisfaction émotionnelle et permettent aux fanatiques de transformer leurs sentiments d’impuissance, de désaffection et de mal-être en un ressentiment bouillonnant et rempli de haine qui peut être canalisé extérieurement au travers de réactions agressives envers les autres. Ils fournissent une identité parce qu’ils donnent au fanatique un moyen de se définir, quoique de manière négative: ce qui est le plus important pour le fanatique, c’est ce qu’il rejette, méprise ou craint. Le récit du ressentiment dit: cet exogroupe est mauvais, et vous pouvez vous définir comme n'étant pas cela.

Cela crée un état de conflit persistant qui ne tolère aucune résolution. Si votre identité et votre estime de soi sont liées à vos griefs – à votre opposition à un groupe externe – qu’est-ce qui vous motiverait à aborder véritablement les problèmes liés à ce groupe externe ? Éliminer le conflit éteindrait votre sentiment de qui vous êtes. Il vous faudrait trouver de nouveaux conflits, de nouveaux griefs, de nouvelles batailles. Votre opposition devient ainsi un point fixe, quelque chose que vous ne pouvez pas lâcher. En effet, à mesure que les marées politiques et sociales vont et viennent, les groupes fanatiques, comme ceux que nous avons notés, identifient de nouvelles menaces, adaptent leurs listes de griefs et distinguent de nouveaux ennemis et des affronts perçus, garantissant ainsi que le conflit se poursuivra sans relâche.


Ces récits d'amertume, puissants et préjudiciables, ont un potentiel de propagation et d’infection presque illimité – en particulier aujourd’hui, alors que les médias sociaux et la communication sur Internet permettent aux personnes mécontentes de les trouver et de s’y accrocher si facilement. Mais si les récits emplis d'amertume créent des fanatiques, ils constituent également un point de contrôle évident: en bloquant la propagation de tels récits, nous pourrions ralentir ou empêcher la propagation du fanatisme. C’est bien sûr plus facile à dire qu’à faire; ces histoires identitaires et émotionnellement satisfaisantes nous donnent quelque chose à être et quelque chose pour laquelle nous battre. Des gens qui se sentent déracinés, sans but, sans direction; les gens insatisfaits, mécontents, abattus; des gens qui voient leur vie comme pleine d’échecs; ces gens en veulent plus. Ils aspirent exactement à ce que le récit de ressentiment leur apporte : un but, une direction, une stabilité, une conception de soi vindicative


Mais Nietzsche nous a proposé une manière de lutter contre le fanatisme, en nous montrant comment lutter contre sa propagation et empêcher l’émergence de nouveaux fanatiques. Premièrement, nous pouvons déstabiliser les récits de ressentiment qui surgissent dans notre culture. Alternativement, nous pouvons essayer de lutter contre les conditions qui rendent les récits de ressentiment attrayants en premier lieu. Poursuivant la première stratégie, Nietzsche a soutenu que, parce que les récits de ressentiment manquent de fondement rationnel et tirent leur pouvoir principalement de l’ardeur de leurs fidèles, ils peuvent être affaiblis par un changement dans le courant culturel. Il croyait qu' "à long terme, chacun des meneurs fanatiques sera vaincu par le rire, la raison et la nature". En d'autres termes, même si les récits fanatiques ne peuvent pas être minés uniquement par des objections cohérentes, ils peuvent l'être lorsque nous combinons des objections rationnelles avec une tentative de rendre les récits absurdes, risibles, comiques et opposés à des parties importantes de la nature humaine (par exemple en montrant qu'ils entrent en conflit avec certaines de nos motivations ou aspirations centrales). Nietzsche croyait pouvoir ainsi saper les aspects fanatiques du christianisme : il affirmait qu’à l’époque moderne « ce qui est désormais décisif contre le christianisme, c’est notre goût, et non plus notre raison ». Il espérait que de tels changements de goût pourraient se propager, perturbant le fanatisme sous toutes ses variantes.


La deuxième stratégie est plus difficile, mais c’est pourtant celle à laquelle Nietzsche aspirait le plus ardemment. Plutôt que d’essayer de satisfaire notre soif de récits simplistes et totalisants et d’identités stables et unifiées, Nietzsche nous a encouragés à nous débarrasser de ces désirs. Il nous a exhorté à devenir des esprits libres, des sujets existentiellement flexibles, capables de se consacrer à des causes sans rigidité, de tolérer les incertitudes et les frustrations de la vie, de se considérer comme multiples et de trouver des terrains d’affirmation de soi. Pour y parvenir, il faudrait cesser de considérer l’ambiguïté et l’incertitude comme une menace ; nous devrions arrêter de projeter nos échecs et nos insatisfactions personnelles vers l’extérieur. L'esprit libre peut prendre congé de toute foi et de tout désir de certitude, étant entraîné à se maintenir sur des cordes et des possibilités insubstantielles et à danser même à proximité des abîmes, sans être menacé par l'ambiguïté. En étant capable de maintenir une conception de soi affirmative sans tomber dans des dichotomies simplistes, l’esprit libre n’aurait pas besoin de nier les autres pour s’affirmer. Nietzsche pensait avoir trouve la voie et il esperait que nous la suivriions!


Rony Akrich





Rony Akrich 68 ans, enseigne l’historiosophie biblique. Il est l’auteur de 7 ouvrages en français sur la pensée hébraïque. « Les présents de l’imparfait » tome 1 et 2 sont ses 2 derniers ouvrages. Un premier livre en hébreu pense et analyse l’actualité hebdomadaire: « מבט יהודי, עם עולם ». Il écrit nombre de chroniques et aphorismes en hébreu et français publiés sur les medias. Fondateur et directeur de l’Université Populaire Gratuite de Jérusalem (Café Daat) . Participe à plusieurs forums israéliens de réflexions et d’enseignements de droite comme de gauche. Réside depuis aout 2023 a Ashdod apres 37 ans à Kiriat Arba – Hevron.


Fanatisme de la foi univoque

87 vues

Posts récents

Voir tout

Medine

Comments


bottom of page